Société

Pharmacopée traditionnelle : La bataille de la reconnaissance

Pour y arriver, les chercheurs camerounais ont dû batailler dur.

Le premier qui avait semblé impressionner le gouvernement est l’archevêque de Douala, Monseigneur Samuel Kleda qui, dès le mois de mars 2020, s’était révélé à la communauté nationale et internationale, en annonçant, humblement, mais péremptoirement, qu’il avait préparé un médicament qu’il avait déjà commencé à administrer aux malades du coronavirus. Le prince de l’Eglise catholique s’était montré tellement sérieux que le ministre de la santé publique, Manaouda Malachie, avait dépêché chez lui une équipe de scientifiques du ministère de la santé pour recueillir sa formule, et la tester dans les laboratoires du ministère de la santé à Yaoundé.

Entre-temps, l’évêque naturopathe a fait des sorties médiatiques pour annoncer qu’il avait déjà soigné plusieurs milliers de patients depuis le début de la pandémie. Le gouverneur de la région du Littoral, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, qui avait manifestement attrapé le terrible virus dans les allées et venues lors de la gestion des passagers des fameux vols d’Air France et e Sn Brussels du 17 mars dernier, avait révélé, après sa guérison, qu’il avait été sauvé par la potion du prélat. Le prince de l’Eglise catholique avait davantage donné de l’espoir lorsqu’il avait fait savoir que le produit était non seulement disponible à Douala, mais qu’il était déjà progressivement distribué, gratuitement, dans d’autres diocèses du Cameroun.

Le 26 mai dernier, le natif de Yagoua avait été officiellement reçu par le premier ministre, Joseph Dion Ngute, « sur instruction du président de la République » du Cameroun, Paul Biya. On sait que le ministre de la santé dont l’équipe envoyée chez Kleda avait reçu un échantillon du produit pour analyse, n’avait pas encore rendu publics ses résultats. Manifestement, le ministre de la santé en avait réservé bien évidemment la primeur au chef de l’Etat.

Si le poste national de la Crtv qui avait donné l’information n’avait dit pas grand-chose sur le contenu de l’audience, une rencontre à ce niveau laissait entrevoir l’intérêt que Etoudi accordait à cette découverte.

A sa sortie de l’audience, l’archevêque métropolitain de Douala avait glissé une information de nature à susciter tout de même quelques inquiétudes. Il avait notamment dit en passant qu’il lui fallait des moyens. Petite affirmation. Mais qui indiquait que le gouvernement camerounais devait prendre en main la production de ce médicament qui n’est plus aujourd’hui l’affaire d’un chercheur, fut-il Mgr Kleda, mais une affaire d’Etat.

Dans la région du Nord ouest du Cameroun, citons le Dr Fru et récemment le Dr Ngepah Julius. Après son message du 19 mai dernier, le chef de l’Etat camerounais a encouragé les efforts endogènes sur la lutte contre le Covid 19. Un produit dont le concepteur dit traiter les symptômes du Covid 19, à été présenté ce jeudi à Bamenda à la presse par Dr Ngepah Julius. Ce produit, selon le tradipraticien, avait déjà été présenté au gouverneur de la région du Nord Ouest. Et selon l’autorité sanitaire de la région, le produit doit suivre des analyses avant d’être approuvé.

C’est un ensemble de trois produits, notamment un thé, un sirop et une poudre faite de plantes. Et Selon Docteur Ngepah Julius, ces produits soignent efficacement les symptômes du Covid 19. En effet, avec plus de 20 ans de pratique dans la phytothérapie, ce naturo-thérapeute indique parallèlement que ses remèdes naturels soulagent, et ne soignent pas que les symptômes du Covid-19. Dr Ngepah

Mohamadoul Aminou du groupement patronal tradi-praticien du Cameroun, a révélé à La Nouvelle Expression, fin mai 2020 avoir mis au point covid Cure, « un remède fait exclusivement à base de plantes naturelles avec des ingrédients puisés dans la diversité de notre nature efficace pour neutraliser les infections, notamment de nature virale. « Covid Cure est conditionnée en solution buvable à titre préventif et curatif. C’est un protocole de soins qui apporte une totale guérison au bout d’une semaine seulement de traitement aux personnes diagnostiquées positives au covid19. Il peut être consommé aussi bien par les enfants que par les adultes et femmes enceinte sans effets secondaires. A ce jour, nous dénombrons près de 400 personnes guéries entièrement du covid 19. Avec l’appui du laboratoire Jumbal, nous avons produit et distribué gratuitement près de 1000 doses aux populations ».

Il faut dire que le continent africain est le seul qui propose depuis le début de cette pandémie un tel foisonnement de médicaments pour venir à bout de ce terrible virus. Une occasion en or sur laquelle l’union africaine devait sauter pour vendre son génie pharmaceutique au monde entier. Un chercheur l’a expliqué à sa manière. « Il faut décoloniser mentalement les dirigeants africains afin qu’ils soient capables de décoloniser la recherche, et donc d’en promouvoir les résultats, comme ce à quoi nous assistons actuellement ».

David Nouwou

Afficher plus

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page