Politique

Municipales de Mbouda: Comment Nganou Djoumessi a manœuvré

Tête de liste du rassemblement démocratique du peule camerounais aux élections municipales du 9 février dernier dans la commune de Mbouda, Dr Ngoula Roger a été victime des manœuvres et des démarches occultes contraires aux principes démocratiques protégés par le droit camerounais orchestrées pour l’évincer du poste de maire.

S’il est une élection qui a été entachée de corruption, c’est, à n’en point douter les municipales de février dernier dans la commune de Mbouda. Dans ladite commune, le ministre des Travaux publics, chef de la délégation départementale du Rdpc est accusé d’avoir pesé de tout son poids, usant des méthodes anti démocratiques pour faire élire l’un de ses protégés. Selon un conseiller municipal ayant requis l’anonymat, le vote du 25 février dernier à Mbouda ne peut être libre et transparent.

« Tous les fonctionnaires du ministère des Travaux publics se sont permis d’influencer et d’intimider les conseillers municipaux sur instruction du ministre des Travaux publics. Ce qui n’est pas normal. Le secrétaire particulier du Ministre des Travaux publics a également appelé les conseillers municipaux. Le directeur de l’institut national des statistiques dont le ministre des TP est Pca est également rentré dans la danse de ce jeu anti démocratique. Le ministre n’était pas en reste. Il a appelé une conseillère. Nous en avons des preuves », confient certains conseillers municipaux qui soutiennent, preuves à l’appui, que beaucoup d’argent a circulé pour soudoyer ceux du Rdpc à Mbouda. A les en croire, « les multiples irrégularités ont émaillé le vote lors de la session de plein droit et le vote de monsieur Wadji et ses adjoints. L’achat de conscience a été caractérisé par des enregistrements audio des conseillers municipaux faisant allusion aux sommes à reverser à chacun (comprises entre 500.000 et 1 million de francs ».

Cette corruption et achat de conscience, racontent-ils au reporter, était ponctuée de discours tribaux et haineux contre le maire sortant au seul motif qu’il n’était pas du clan de ceux qui ont juré de le débarquer par tous les moyens. Un avis largement partagé par le maire sortant crédité d’un bilan défendable. « En 6 ans de magistère, Mbouda est passé de ville la plus sale de l’ouest à l’une des villes les plus propres du Cameroun. D’ailleurs elle a été classée première ville la plus propre de l’ouest au concours régional en 2016 et 2017 ; deuxième en 2018 et 2019 », reconnait un habitant. Qui pense que « ses actions en faveur du développement sont appréciées par tous les Mbouda vivant au Cameroun et de la diaspora ». A l’actif du Dr Ngoula, cet habitant comme bien d’autres d’ailleurs, cite entre autres la construction de la gare routière ,l’éclairage publique ,l’entretien routière ;la construction des dalots et ponceaux, la construction d’une salle de fête moderne ; la construction d’un château d’eau au grand marché de Mbouda avec la mise en place d’un circuit de distribution dans tout les coins névralgiques du marché ;
la construction des salles de classes et des latrines dans toutes les écoles du centre urbain…

Lire aussi
Cameroun: L’élection du maire des villes de Kumba et Makenéné annulée

Bien plus « en janvier dernier, il a signé une convention de partenariat à paris avec le Syndicat de collecte et de traitement des ordures ménagères de l’agglomération parisienne(SYCTOM) et la mairie de Paris pour le financement à hauteur de 350 millions Fcfa pour la construction d’une usine de traitement manuel de déchets avec fabrication de compost », se remémorent les populations. Sur le plan politique, il se dit que le maire sortant a permis au parti des flammes de gagner au centre urbain de Mbouda alors que le Rdpc n’avait plus connu pareil exploit depuis 1992. « Les militants du Rdpc sont unanimes sur le fait que ces résultats du centre Urbain de Mbouda sont le fruit d’une campagne de proximité réalisé par le maire pendant les 15 jours de la campagne accompagné de ses actions positives à la tête de la mairie depuis 6 ans », affirme un cadre du Rdpc à Mbouda. Alors que nous allions sous presse hier, Le Messager a appris que le maire sortant Roger Ngoulla entend saisir le président national du Rdpc pour dénoncer cette « mascarade électorale ». Sera-t-il entendu ?

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page