CORONAVIRUS AU CAMEROON
Confirmés
12592
Actifs
2179
Guéris
10100
Décès
313
Source : MINSANTE Cameroun -
Mise à jour : 29 juin 2020
Economie

20 Années de reculade : Le Cameroun se meurt dans l’obscurité

C’est avec recul que le Mouvement des Ecologistes Camerounais observe la situation inédite que traverse le Cameroun depuis un laps de temps plus précisément tout au long du mois de février 2020.

Le scrutin du 9 février 2020 qui s’est déroulé dans le calme sur l’ensemble du pays et qui a vu la victoire du RDPC avec une large majorité aux législatives et municipales en reconduisant les même têtes ou personnages qui n’ont rien à cirer avec le bien-être des populations, nous semble pathétique. Il est bon de noter que les suffrages valablement exprimés lors de cette élection démontrent le mécontentement général des populations à cause de la mauvaise gouvernance. Ces suffrages ont eu des taux très faibles selon les régions. L’annulation partielle des élections législatives et non les municipales dans le NOSO par la Cour Constitutionnelle en est une illustration patente.

Heureusement ! Heureusement qu’il y a toujours quelques petits partis républicains tel que le Mouvement des Ecologistes Camerounais qui concourt à toutes les échéances électorales tout en respectant les institutions de la nation. Le MEC a eu aux élections législatives un taux de 12,29% de suffrages valablement exprimés dans la circonscription de Wouri Centre et Manoka. Ceci est remarquable dans notre paysage politique.

NGARBUH dans le village NKUMBO

Cette tuerie, barbarie ou massacre de paisibles citoyens Camerounais dans ladite région n’a laissé personne indiffèrent. Cette triste nouvelle qui a traversé la planète toute entière a mis le Cameroun dos au mur par les personnalités de tous les bords, les ONG, les pays amis, faisant toute sorte d’interprétation jusqu’à évoquer l’interpellation des coupables à la Cour pénale internationale. Ce n’est pas de bon augure pour l’image de notre pays, pour nos forces de défense, aussi bien pour nos hautes personnalités qui gèrent cette fameuse crise mortelle depuis plus de 3 ans sans parvenir à trouver les solutions adéquates et ramener définitivement la paix dans le NOSO.

Le Couac du président MACRON

Lors de sa visite au salon de l’agriculture à Paris, l’un des plus grands évènements de tous les temps en France, Le Président Français a eu à utiliser un langage peu diplomatique d’abord à l’égard de notre chef de l’Etat, le président Paul Biya, mettant à mal la réputation de notre pays, ces boules puantes ont mis en branle-bas de multiples jeunes Camerounais en colère avec un chauvinisme débordant. Nous avons remarqué la récupération politique tout azimut de certains de nos hommes politiques, une agitation fracassante oubliant de facto que la France est un pays ami et la 5ème puissance mondiale. C’est pour dire que ne bombons pas le torse car le monde des relations internationales et diplomatiques n’est qu’un rapport de forces et d’intérêts. Tous les coups y sont permis pour fragiliser son interlocuteur, surtout lorsqu’il est en position défavorable et que les traitres sont incrustés dans notre propre maison sans compter ceux de l’extérieur qui jouent au youpi et au yo-yo contre leur propre nation. De grâce ne gâtons pas nos relations ancestrales avec la France par des gesticulations qui ne feront que nuire une situation qui est déjà compliquée. Notre chef de l’Etat Son Excellence Paul Biya est un homme d’expérience pétri dans le domaine des relations bilatérales et multilatérales.

Lire aussi
Cameroun - Ngarbuh: Le Sdf exige des comptes au Gouvernement

Attention ! Attention à notre sous-sol très riche les prédateurs sont à l’affût.

Le Cameroun est un grand malade, en matière d’énergie électrique. Le Cameroun a un énorme déficit d’énergie électrique et d’énergie renouvelable. « Manque d’installation des panneaux solaires ». À quoi servent dont tous les barrages électriques respectivement le barrage d’Edéa, Songloulou, Memvelé, Natchigal, Lom Pangar etc… Comment peut-on atteindre l’émergence en 2035 lorsqu’on sait pertinemment que le Cameroun est incapable de produire l’énergie domestique laissant ainsi ses populations dans une situation exécrable. Comment penser à une croissance à 2 chiffres lorsque les usines sont permanemment aux arrêts faute d’alimentation d’énergie … L’insécurité est devenue monnaie courante dans nos quartiers, dans nos villages, dans nos villes. Les populations croupissent dans le noir, les élèves, les étudiants pâtissent pour réviser leurs leçons même pour apprendre à temps normal. Les commerçants et autres en payent le prix fort du désespoir faute de lumière.

Lire aussi
Cameroun/Massacre de Ngarbuh : Paul Biya rejette la faute sur l'armée

La Can aura lieu bientôt, comment jouer les matchs en nocturne sans lumière ? Comment faire la retransmission des images ? Comment émettre les Tic ?
Si on parle de sabotage d’Eneo pourquoi ne pas résilier le contrat de concession tout simplement. Les multiples sociétés qui ont eu à se faire du beurre à travers notre patrimoine énergétique sont dans leur logique, faire du bénéfice qu’importe si le Cameroun se meurt. Les populations ne dorment plus la nuit à cause de la chaleur. Pauvre de nous, les moustiques et les rats ont envahi nos ménages. Les gouvernants et les pontes du régime ont les groupes électrogènes sans se soucier des couches défavorisées. Les Camerounais ne demandent que de l’eau potable, de l’énergie électrique moins chère, la santé pour tous, une éducation et une formation professionnelle pour toutes les couches vulnérables pour vivre décemment. Le Président de la République a promis un septennat de grandes opportunités, cela fait déjà plus d’un an et aucun espoir à l’horizon. Monsieur le Président de la République vos compatriotes vivent très mal au quotidien sans lumière ; et c’est la moindre des choses à nous garantir pour ce septennat.

Dieu seul sait combien de milliards vous avez mis à la disposition de ces prédateurs, ces traitres incompétents. En matière d’énergie électrique tous les projets mis en place ont échoué, la meilleure solution est de remplacer toutes ces personnes incapables d’implémenter vos directives politiques et sociales, et les traduire au TCS et renationaliser nos sociétés paraétatiques à l’instar de la Sonel. La honte ne tue pas. Monsieur le président vos compatriotes souffrent malgré le courage et l’abnégation du peuple Camerounais

NGO Fritz Pierre, Président national du MEC

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer