Politique

Municipales 2020: Le Rdpc contre le Rdpc dans la commune de Waza

Un cadre de ce parti a saisi le tribunal administratif de Maroua en annulation.

Bakary Robert, le mandataire délégué du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) pour l’Extrême-Nord, a jusqu’à 15h30 ce lundi 16 décembre 2019, pour déposer son mémoire de défense contre le recours introduit par le Dr Ali Emat Bachir en annulation de la liste investie par le Rdpc dans la commune de Waza.

C’est la substance d’une correspondance adressée à Bakary Robert, le 13 décembre 2019 par Aboubakary, le président du tribunal administratif de Maroua. L’on y apprend par ailleurs qu’en application de l’article 190 de la loi portant code électoral, l’audience des débats prévue à cet effet, est fixée au jeudi 18 décembre 2020.

Dans les faits, le requérant, le Dr Ali Emat Bachir, invoquant l’article 175 du code électoral, indique qu’en violation de cette loi, 10 des 25 candidats présentés par le Rdpc en vue des municipales du 09 février 2020 dans la commune de Waza, ne savent ni lire, ni écrire en français ou en anglais. Un handicap rédhibitoire qui n’a empêché l’investiture de cette liste par les différentes commissions du «parti du flambeau», déplore-t-il.
Le Dr Ali Emat Bachir, fait également observer que même Elections Cameroon n’a pas fait échec à cette violation de la loi.
En appui de sa requête, il joint un document sonore en arabe et retranscrit en français.

Lire aussi
Cameroun: Voici comment le Grand-Nord va récupérer le pouvoir laissé par Amadou Ahidjo

Document dans lequel, Ibrahim Mohammed, tête de liste Rdpc aux municipales dans la commune de Waza, reconnaitrait publiquement au cours d’un discours prononcé le 06 novembre 2019, ne savoir ni lire, ni écrire en français ou en anglais. Le requérant cite en outre les neuf autres candidats de la liste querellée. Il s’agit de Oumar Mahamat, Mahamat Ifoun, Ousman Bana, Hamidou Oudaya, Mme Hidja Mahamat, Mme Fanne Djibrine, M Aldef Oumar, Said Garba, Abbo Ousman.

En conséquence, demande-t-il au tribunal administratif de Maroua, de déclarer inéligible ces dix candidats de la liste investie par le Rdpc. De l’avis de certains observateurs de la scène politique nationale, «cette requête pour le moins surprenante d’un membre du parti de Paul Biya contre le Rdpc, n’est que la partie émergée de l’iceberg de frustrations et mécontentements générés par la conduite peu correcte de l’opération des investitures en vue du double scrutin du 09 février 2020. Si la gestion de ces frustrations n’est pas judicieuse, il y a de grandes chances que le Rdpc en paie le prix dans certaines circonscriptions électorales», conclut notre source.

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer