International

Minecraft : une bibliothèque virtuelle contre la censure

Le jeu vidéo représente désormais comme un média au service de la liberté d’expression. Il constitue une tribune pour les journalistes persécutés. Les internautes du monde entier peuvent y découvrir des contenus censurés dans leur pays.

Une mine d’informations sur Minecraft

Reporters sans frontières a dévoilé cette formidable bibliothèque virtuelle le 12 mars dernier lors de la journée internationale contre la censure. Elle représente le fruit d’une collaboration entre l’association de presse et une entreprise de design dénommée BlockWorks. Cette merveille d’architecture néo-classique met à la disposition des gamers plus de 200 livres d’un volume de 100 pages. Ils contiennent des articles interdits de publication dans des pays très restrictifs comme l’Égypte, la Russie, l’Arabie Saoudite, etc. Ils proposent aussi les textes des rédacteurs emprisonnés, exilés ou tués.

Tout le monde peut se connecter à cet espace virtuel dénommé « The uncensored library ». Cette innovation permet de contourner quelques restrictions en matière de liberté d’expression. Cela constitue une remarquable avancée dans l’univers médiatique. Cette bibliothèque représente un formidable outil contre la censure et la surveillance des journalistes. Ces derniers peuvent y consulter des contenus depuis inaccessibles leur pays. Ils ont aussi la possibilité d’y publier des articles sans s’exposer à la répression prévue par les lois liberticides. Les gamers du monde entier peuvent également s’y connecter en temps réel.

Lire aussi
Devenir trader à domicile sans diplôme

Minecraft, l’information sans frontières

Ce jeu de construction virtuelle a conquis le monde entier. Il reste accessible dans les pays où les pouvoirs répriment sévèrement les sites internet, les blogs et la presse libre en général. Reporters sans frontières a donc eu l’ingénieuse idée de l’exploiter pour contourner la censure et la surveillance qui empêchent les journalistes d’exercer en toute quiétude leurs missions. En plus de se connecter à un serveur Minecraft gratuit pour jouer, les gamers peuvent aussi consulter des articles frappés d’interdiction de parution dans certains pays. Les agents de presse ne peuvent pas modifier les informations postées. Par contre, ils ont la possibilité d’ajouter du contenu. Le projet a reçu des soutiens importants comme celui de Hatice Cengiz, la fiancée du Saoudien Jamal Khashoggi. Ce journaliste assassiné en Turquie en 2018 représente un véritable symbole des violations des libertés dans le monde. Cette bibliothèque virtuelle entend surfer sur la popularité de Minecraft pour relever quelques défis majeurs en matière de restrictions dans l’univers de la presse.

Un monument de 12, 5 millions de blocs

Le studio BlockWorks a mis trois mois pour réaliser ce chef-d’œuvre. 24 constructeurs de 16 pays ont pris part au projet. Cela a nécessité 250 heures de travail. Le bâtiment virtuel dispose du deuxième plus grand dôme principal au monde. La largeur de cet ouvrage atteint 300 mètres environ. Reporters sans frontières a lancé le hashtag « #truthfindsaway » pour fédérer les défenseurs de la liberté de la presse autour de ce projet. Les gamers et les internautes en général peuvent y accéder directement sur le serveur visit.uncensoredlibrary.com. Ils ont aussi la possibilité de s’y connecter avec les versions de Minecraft supérieures à 1.14.4. Une autre alternative consiste à télécharger l’« Uncensored Library Minecraft Map » sur le site dédié. Cette bibliothèque n’existe pas sous forme de mod à implémenter sur un serveur Minecraft gratuit.

Lire aussi
Covid-19: La Bas-Mrc épinglée dans la production de faux tests

Ce chef-d’œuvre virtuel permet de contourner certaines restrictions dans le monde de la presse. Les gamers de toutes les contrées peuvent accéder à des informations identiques en dépit des barrières de la censure et des lois liberticides. Les journalistes disposent aussi désormais d’une importante tribune pour exprimer leurs opinions et prendre position publiquement sur des sujets d’actualité. Cela représente une indéniable avancée à mettre à l’actif de Reporters sans frontières.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page