International

L’Ukraine ne refuse pas de projets pour rejoindre l’Otan

L’Ukraine n’a pas revu son intention d’intégrer l’Otan. C’est ce qu’a déclaré mercredi le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmitri Kouleba dans une interview accordée à Radio France internationale (RFI).

Le ministre n’a pas soutenu les dires de l’animateur selon lesquels Kiev avait abandonné les projets d’adhésion à l’Organisation du traité de l’Atlantique nord. « Pourquoi pas? La question de l’adhésion à l’Otan est inscrite dans la Constitution, a fait savoir M. Kouleba. En outre, la structure de l’Alliance est le mécanisme de sécurité le plus efficace dans l’espace européen.« 

« Mais pour intégrer l’Otan, notre désir ne suffit pas. Il faut que l’Alliance le veuille », a souligné le ministre ukrainien. « L’UE a pris une décision historique. Mais nous voyons que depuis le début de la guerre, l’Otan n’a pris aucune mesure pour notre intégration », a-t-il ajouté.

Lire aussi
Poutine désigne les coupables de la crise alimentaire mondiale

Le ministre des Affaires étrangères a refusé d’annoncer ce que le président ukrainien Vladimir Zelenski avait l’intention de dire aux participants au sommet de l’Otan à Madrid. « Écoutez notre président, je ne révèlerai pas son message à l’avance« , a indiqué M. Kouleba.

Il a nié les points de divergence d’approche entre Kiev et Paris. « Je ne peux pas dire qu’il y a eu un malentendu entre nous, mais quand nous entendons quelque chose dont nous ne sommes pas d’accord, nous en parlons« , a-t-il expliqué. « Nous maintenons toujours les échanges de points [de vue] et des relations franches avec le président français Emmanuel Macron« , a-t-il fait remarquer. Selon le ministre des Affaires étrangères, Kiev « apprécie les efforts du président Macron pour parvenir à un consensus nécessaire pour accorder à l’Ukraine le statut de candidat à l’adhésion à l’UE« .

Lire aussi
Le Canada a gelé un total de 123 millions de dollars d’actifs russes

M. Macron a évoqué pour la première fois la création de la Communauté politique européenne (CPE) le 9 mai. Il a déclaré qu’elle devait être ouverte aux États européens partageant un « ensemble commun de valeurs démocratiques« . La coopération dans le cadre d’un tel format ne dépendrait pas du fait que les pays souhaitent rejoindre l’UE, l’ont quittée, n’ont pas l’intention de la rejoindre ou ne sont liés à elle que par des accords économiques. En réponse à la proposition française, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmitri Kouleba, a écrit sur Twitter que Kiev n’avait pas besoin de « substituts au statut de candidat ». Selon lui, ces propositions « montrent une attitude inférieure envers l’Ukraine et offensent les Ukrainiens ».

237online.com

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page