Politique

Libre circulation en zone Cemac: Les réponses de Hyacinthe Mba Mbo, maire d’Ambam

A l’initiale de la commune, quatre pays sur six vont se retrouver à la grande messe des peuples Ekang à l’occasion du festival Mvet-Oyeng.

Organisée par la commune d’Ambam, la deuxième édition de la grande messe des peuples Ekang ressortissants des quatre pays sur six que compte la zone Cemac aura lieu du 8 au 20 juillet 2019 au Cameroun, dans la capitale départementale de la vallée du Ntem. Plus de 2 millions de festivaliers et visiteurs y sont attendus. Ainsi, plus que quelques semaines de l’événement, la ville d’Ambam sera pendant plusieurs jours, la capitale de la sous-région Cemac. Quarte pays de cette sous-région s’apprêtent en effet, à vibrer au rythme du mvet-oyeng. Il s’agit des peuples Ekang du Cameroun, du Gabon, de la Guinée Equatoriale et du Congo Brazzaville qui vont se retrouver pour exposer leur savoir-faire culturel et artisanal.

L’événement placé sous le très haut parrainage de S.E Paul BIYA, sous le Haut patronage du Ministre camerounais en charge des Arts et de la Culture, et organisé par la Commune d’Ambam se veut cette année inédite. Contrairement à la première édition qui était consacrée uniquement à présenter les œuvres culturelles et artisanales, cette deuxième édition connait bien de particularités. « Nous avons intégré le volet compétition. Et nous avons placé les œuvres par catégories, de manière à pouvoir primer trois prix, notamment une médaille d’or, une médaille d’argent et une médaille de bronze. Donc, il y aura la compétition et les meilleurs vont remporter les prix. Et dans le même ordre d’idées, nous avons intégré les activités ludiques, à l’instar de l’élection Miss Ekang », explique le Maire d’Ambam, M. Hyacinthe Mba Mbo.

Lire aussi
Régionales 2020: Le Rdpc en campagne dans le Littoral

Cette élection Miss Ekang se déroule en fait en deux phases. Une première phase de sélection de 10 belles filles Ekang de chacun des pays concernés. Et une phase finale pendant le festival qui mettra donc sur les starting-blocks 40 filles de la sous-région. « C’est à dire, dix camerounaises, dix gabonaises, dix équato-guinéennes et dix congolaises de Brazzaville. Et pendant le festival, nous allons procéder à l’élection Miss pour pouvoir sélectionner la plus belle fille Ekang », explique le chef de l’exécutif communal d’Ambam.

Egalement au programme, des conférences-débats, des ateliers de formation et tables-rondes, des expositions artisanales et compétitions des danses patrimoniales, etc. Deux types de participants sont attendus à cette grande messe des peuples Ekang. Les exposants qui viendront montrer leur savoir-faire culturel et artisanal après avoir été au préalable sélectionnés. Et les touristes, les visiteurs qui veulent découvrir la culture Ekang au nom du dialogue culturel. «Nous attendons deux mille festivaliers. C’est à dire, ceux qui seront pris en charge par l’organisation. Et nous attendons deux millions de visiteurs », indique Monsieur le Maire.

Le coté intégrateur est de mise. Ainsi les cérémonies d’ouverture et de clôture bénéficieront de la présence d’une importante délégation de la CEMAC conduite par le directeur de la culture et le président de la commission de la Cemac. Durant ce festival, le Maire MBA MBO entend en effet se rapprocher de son objectif stratégique qui est de faire d’Ambam, un pôle d’intégration sous régional CEMAC pour promouvoir la libre circulation des personnes et des biens, consolider le processus d’intégration régionale en Afrique Centrale. « Nous allons promouvoir la libre circulation des personnes et des biens. Ce qui voudrait dire qu’en plus d’Ambam, où va se tenir le festival, nous allons loger les visiteurs, les touristes, les festivaliers dans la ville de Bitam au Gabon. Mais aussi dans la ville d’Ebebeyin en Guinée Equatoriale. Nous nous sommes accordés avec des autorités locales en charge de la gestion des frontières pour ouvrir totalement ces frontières à l’effet d’encourager la libre circulation totale des personnes et des biens. Les cars navettes et coasters vont porter les gens de part et d’autre chaque jour de leur lieu de résidence au lieu du festival », explique-t-il. Instigateur du Programme de développement Intégré de la zone des trois frontières Cameroun-Gabon-Guinée Equatoriale créé par l’Etat du Cameroun, et l’un des maillons importants en amont tout comme en aval de la suppression en 2017, de la formalité de visas d’entrée pour les ressortissants de la zone communautaire, le Maire de la commune d’Ambam continue de chercher des moyens pour faire de la libre circulation de personnes et des biens en zone Cemac une réalité.

Source
Par Franck Olivier BIYA
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page