Les pays de l’UE discuteront d’un possible durcissement des sanctions contre la Russie

UE et les États-Unis

La Commission européenne est prête à un éventuel durcissement des sanctions contre la Russie dans le contexte de la situation en Ukraine et cette question sera soulevée lors d’une réunion des dirigeants européens jeudi, a déclaré le chef adjoint de la CE Maros Sefcovic, s’exprimant lors de la session plénière du Parlement européen (PE) à Strasbourg. La diffusion de la session est menée par le service de presse du PE.

« Nous accomplissons la mission du conseil de l’UE d’élaborer des options d’action en cas de détérioration de la situation ou de l’escalade et de l’agression contre l’Ukraine. Nous avons des options prêtes, nous sommes prêts à agir et présenterons nos résultats au conseil de l’UE demain », a-t-il déclaré.

Dans le même temps, M. Sefcovic a demandé que les différends soient réglés pacifiquement par la voie diplomatique. Il a rappelé l’étroite coopération entre Bruxelles et Kiev sur un large éventail de questions, allant de l’énergie aux matériaux critiques. En outre, le chef adjoint de la CE a réitéré la thèse de l’attachement à la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine.

Dernièrement, des pays occidentaux et Kiev expriment des allégations sur une éventuelle invasion de l’Ukraine par la Russie. Le porte-parole du président de la Fédération de Russie, Dmitri Peskov, a qualifié ces informations d’une escalade vide et injustifiée de la tension, Il a souligné que la Russie ne représentait une menace pour personne. Dans le même temps, il n’a pas exclu la possibilité de provocations ayant pour but de justifier ces déclarations et a prévenu que des tentatives d’un règlement militaire de la crise au sud-ouest de l’Ukraine auraient les conséquences les plus sévères.

Il a également déclaré que la Fédération de Russie enregistrait une campagne de désinformation émanant des pays occidentaux dans le but de présenter Moscou comme une menace pour le processus de règlement en Ukraine. M. Peskov n’a pas exclu qu’une telle campagne soit un camouflage pour couvrir « les pensées agressives qui peuvent avoir lieu à Kiev ».

237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *