EconomieInternationalSociété

Les dangers du lait : Bon ou mauvais pour notre santé ?

Beaucoup de personnes ont pour habitude de dire : « Tu dois boire au moins un verre de lait par jour pour bien grandir » ;

« Le lait est bon pour la santé, ça rend les os solides » ;

Ayant pour but de toujours vous apporter une information fiable et surtout développer en vous l’esprit critique je vais m’attarder aujourd’hui sur un sujet IMPORTANT : LES DANGERS DU LAIT.

En tant que chercheur, il faut analyser toute les pistes avec un esprit critique avant de prendre une décision tranchée, afin d’éviter d’être manipulé.

Lorsque vous suivez une information qui concerne votre santé, vous devez segmenter les études scientifiques qui ont révélées cette information en 2 :

  1. Les résultats des études scientifiques financées (intégralement ou en partie) par l’industrie, avec des chercheurs justifiant des relations anciennes et régulières avec cette même industrie.
  2. Les résultats des études scientifiques financées par des programmes de recherche indépendants et des auteurs qui ne justifient d’aucune relation avec l’industrie.

Dans le cas du lait, il s’agit de l’industrie laitière (Nestlé, Danone Etc.)

Pourquoi est-ce important de séparer ces deux types d’études ?

La question du financement est cruciale dans les conclusions des recherches.

Un programme financé par l’industrie augmente de 4 à 8 fois les chances d’obtenir une conclusion favorable pour le sponsor du programme.

C’est un biais majeur qui peut fortement fausser les résultats.

☑ Exemple : Une industrie fabrique du chocolat (Claudel Choco) et elle paye des chercheurs pour effectuer des travaux scientifiques devant vérifier si le chocolat est bon pour la santé, vous pouvez déjà deviner les conclusions !

Prenons cette assertion comme autre exemple :

« Je préfère plutôt boire du lait en poudre par rapport aux autres types de laits » ;

Ceux qui disent cela ne savent peut être pas que le lait en poudre n’est pas du lait, mais juste de la farine et très souvent de l’amidon de maïs (lait déshydraté), avec beaucoup de matières grasse, un peu de sucre, quelques minéraux et vitamines ajouté en laboratoire et rien de plus !

Un peu comme l’alcool en poudre (Palcohol).

Vous pensez vraiment que ce type de lait possède les mêmes caractéristiques que le lait à l’état pur ?

Allons-y, commençons par celui le plus consommé, LE LAIT DE VACHE.

LE LAIT DE VACHE EST- IL MAUVAIS POUR LA SANTE ?

Le lait de vache est parfait pour celui à qui il était destiné à l’origine : son petit, le veau !

Il n’est pas fait pour l’être humain !!

Ça devrait être évident…

Le lait de chaque mammifère est spécifiquement adapté aux besoins particuliers de chaque espèce.

D’ailleurs, dans la nature, aucun autre mammifère ne boit le lait d’un autre animal !

C’est tout-à-fait contre-nature !

De même, aucun autre mammifère ne continue à boire de lait après la période de sevrage…

Le lait de vache est beaucoup plus riche que le lait maternel humain, et permet au petit veau de décupler son poids de naissance en un an.

Ce lait est totalement inadapté à notre organisme, ce qui en fait littéralement un poison pour notre corps… (On sait d’ailleurs que plus de 75% de la population mondiale est intolérante au lait de vache !

Ce n’est pas un hasard…)

Le lait de vache élève le cholestérol sanguin et les graisses du sang, et contient 300 fois plus de caséine que le lait maternel humain.

Cette caséine est une colle puissante qui encrasse l’organisme de façon considérable.

Le lait est un concentré de graisse, de cholestérol, d’antibiotiques, de bactéries, et même… de pus ! Hummm… Miam Miam !

L’industrie laitière a réussi à transformer une vache normale, en une « usine à lait », produisant jusqu’à 10.000 litres de lait par an!!

Un rythme affolant et totalement contre-nature pour ces pauvres créatures, victimes de la folie humaine…

Les vaches n’étant absolument pas faites pour produire ces quantités aberrantes de lait, elles développent des infections à répétition du pis, qu’on appelle mammites, et lors de la traite, le pus et les bactéries s’écoulent avec le lait…

Pour essayer de contrôler les maladies et infections, de grandes doses d’antibiotiques sont données aux vaches, qui finissent eux aussi dans le lait.

Les enfants sont particulièrement vulnérables aux conséquences d’une quantité d’antibiotiques trop élevée, que les chercheurs relient à une possible inhibition du développement du système immunitaire.

Par ailleurs, d’après Robert Cohen, un biologiste et chercheur, qui a écrit l’un des livres les plus documentés sur la question : « Milk, the deadly poison » (Le lait, un poison mortel), le lait augmente les risques de cancers, favorise l’ostéoporose (vieillissement des os), et contribue aux maladies cardiovasculaires…

Plus récemment, en France, dans son livre « Lait, mensonge et propagande », Thierry Souccar (responsable des questions de santé et nutrition pour Sciences et Avenir depuis 1994 et membre de l’American College of Nutrition) explique pourquoi la consommation de lait favorise le développement de nombreux cancers, (notamment le cancer de l’ovaire et le cancer de la prostate), à cause, entre autres, de l’IGF-1, bras armé de l’hormone de croissance, une substance qui stimule la prolifération des cellules cancéreuses.

En effet, les résultats de nombreuses recherches et études scientifiques démontrent les réels dangers du lait de vache pour l’homme. Par exemple :

CANCERS

Le « Physicians Committee for Responsible Medicine » (Association de Médecins pour une Médecine Responsable : organisme américain qui regroupe 100 000 membres, dont 5000 médecins) démontre que des molécules du lait provoquent la surproduction de IGF-1 (un facteur de croissance de type insuline), qu’on a déjà relié à la croissance des cellules cancéreuses :

« Depuis les années 80, plus de 60 études montrent un lien direct entre un niveau élevé d’IGF-1 et le cancer du sein, du côlon et de la prostate » (Professeur Samuel Epstein, Président de la Coalition pour la Prévention du Cancer aux Etats-Unis).

CANCER DU SEIN

De nombreuses études ont démontré un lien direct entre la consommation de viande et de produits laitiers avec les risques de cancers, et notamment le cancer du sein, le cancer colorectal et le cancer de la prostate (Physicians Committee for Responsible Medicine).

Cela est dû notamment aux graisses saturées, aux protéines animales et aux hormones contenues dans le lait, chacun de ces éléments étant un facteur d’augmentation du risque de ce cancer.

Lire aussi
Port Autonome de Douala: DIT dénonce la campagne médiatique diffamatoire de la part de l'autorité portuaire

En Asie, où la consommation de lait est extrêmement rare, il n’y a pratiquement pas de cancers du sein!

Une étude au Japon montre que les femmes qui adoptent une alimentation « à l’occidentale » (basée sur la viande et les produits laitiers) augmentent de 8 fois le risque de développer un cancer du sein par rapport aux autres japonaises qui ont un régime à tendance végétarienne, et qui ne mangent pas de produits laitiers.
Si certaines études ont montré un impact « modéré » du calcium et de la vitamine D pour réduire les risques de cancer du sein, cela ne veut pas dire pour autant qu’il faut boire du lait de vache (comme l’industrie laitière voudrait bien nous le faire croire !).

On peut trouver de bien meilleures sources de calcium dans l’alimentation végétale.

Pour réduire les risques de cancer du sein, les femmes devraient donc éviter la viande, le lait et les autres produits laitiers. (Professeur J. Plant : »Guérir le cancer du sein en éliminant les produits laitiers »)

CANCER DE LA PROSTATE

Au sujet de la prévention du cancer de la prostate, la science est claire : les hommes qui ne consomment ni lait, ni produits laitiers, ont beaucoup moins de risques de développer cette maladie mortelle.

Selon la Fondation Mondiale pour la Recherche sur le Cancer et l’Institut Américain pour la Recherche sur le Cancer, onze études sur des populations humaines différentes ont relié la consommation de lait avec le cancer de la prostate.

Par exemple, une étude réalisée sur environ 21 000 hommes, et publiée par la Harvard’s Physicians Health Studies, indique une augmentation de 34% des cas de cancer de la prostate chez les hommes qui consomment plus de deux portions quotidiennes de lait (ou produits laitiers).

Une autre étude portant sur 50 000 sujets mentionne une hausse de 70% des cas de cancer chez les hommes qui consomment plus de lait que la moyenne…

INFARCTUS ET MALADIES CARDIOVASCULAIRES

Depuis les années 70, d’innombrables études scientifiques ont démontré que le lait et les produits laitiers (yaourts, fromages, beurre…) sont une cause majeure des maladies cardiovasculaires, de l’obstruction des artères, et des infarctus.

Des études ont prouvé par ailleurs que ce ne sont pas seulement les graisses et le cholestérol contenus dans le lait qui sont responsables de ces maladies, mais aussi les protéines animales et les glucides du lait, ou lactose (présents aussi dans les laits écrémés)…

En Août 99, le docteur Caldwell Esselstyn, chercheur de la prestigieuse Clinique de Cleveland (la première clinique spécialisée dans les maladies cardio-vasculaires aux Etats-Unis) a expliqué dans « The American Journal of Cardiology » comment il pouvait protéger ses patients contre les infarctus en leur prescrivant un régime végétalien (sans aucun produit animal).

DIABÈTE

Une étude publiée dans « The American Journal of Nutrition » et portant sur des enfants de plus de 40 pays dans le monde a démontré que l’incidence de diabètes juvéniles est directement corrélée à la consommation de lait et autres produits animaux.

Plus les enfants consommaient de produits laitiers et autres produits animaux, plus ils risquaient de développer une forme de diabète, tandis que plus les enfants étaient végétariens et végétariens stricts (végétaliens), plus ils étaient à l’abri de cette maladie ! (Muntoni et al., 71 (2000),1525-9).

OSTÉOPOROSE

Après avoir travaillé sur 34 études publiées dans 16 pays, les chercheurs de l’Université de Yale ont conclu que les pays avec le taux le plus élevé d’ostéoporose étaient ceux dans lesquels les gens consomment le plus de viande, de lait et autres produits animaux !

Selon le Dr McDougall : « Pays par pays, les gens qui consomment le plus de calcium ont les os les plus fragiles et les taux les plus élevés d’ostéoporose ».

ALLERGIES

Selon les études de l’Académie Américaine sur les Allergies, l’Asthme et l’Immunologie, le lait de vache est la première cause des allergies alimentaires chez les enfants. 50% des enfants présenterait des allergies au lait.

Pour ces enfants, et pour les adultes qui sont allergiques aux produits laitiers, le lait favorise le développement de mucus et de problèmes persistants comme la toux chronique, les infections de la sphère ORL (appareil respiratoire, oreille), l’asthme…

De plus en plus de médecins et diététiciens réalisent que le fait de supprimer la consommation de produits laitiers peut être la solution à de nombreux problèmes de maladies infantiles comme la constipation, le nez qui coule, la colique, les infections de l’oreille, les gaz, etc…

FLATULENCES ET INTOLÉRANCE AU LACTOSE

Environ 75% de la population mondiale (!) est intolérante au lactose, une condition qui provoque des ballonnements et des gaz, des crampes intestinales, des diarrhées, ou des nausées…

Ainsi, de très nombreuses personnes dans le monde sont intolérantes au lactose sans le savoir, et empoisonnent quotidiennement leur organisme en consommant du lait, alors que des alternatives de qualité sont disponibles (lait de soja, de riz, d’amandes…, fromages et yaourts au soja…).

OTITES (INFECTION DES OREILLES)

La production de mucus engendrée par la consommation de lait provoque de nombreuses réactions allergiques chez les enfants, et notamment des congestions nasales.

Et lorsque les passages deviennent bloqués et irrités, l’infection de l’oreille est une conséquence fréquente.

Ces effets du lait sont de mieux en mieux connus maintenant, et c’est pourquoi presque tous les pédiatres recommandent aujourd’hui l’arrêt de la consommation de lait en cas d’infection des oreilles.

OBÉSITÉ

Les médecins et les diététiciens savent depuis longtemps que les aliments avec un taux élevé de graisses, comme le lait, le fromage, le beurre… contribuent à l’obésité.

N’oublions pas que le lait de vache permet au petit veau de décupler son poids en un an !!

ACNÉE

Une étude conduite par le Dr JK Fisher sur 1 088 adolescents, sur 10 ans, a conclu que le lait était une des causes principales de l’acné chez certains de ses patients.

Et lorsque ces patients diminuaient leur consommation de lait, leur acné diminuait proportionnellement.

Pour le Dr Fisher, les larges quantités de graisses saturées, ainsi que les hormones produites naturellement dans le lait des vaches enceintes, aggraveraient l’acné.

Le docteur James E. Fulton, Chef de l’Institut de Recherche sur l’Acné à Newport Beach en Californie pense que l’iode (qui est transmise au lait par l’utilisation d’équipements contaminés et par les médicaments donnés aux vaches) contenue dans le lait peut irriter les pores et déclencher des crises d’acné…

Lire aussi
Port Autonome de Douala : les 22 milliards engrangés en un mois par la RTC, n’est que du pipeau

LE MYTHE DU CALCIUM…

Grâce, là encore, à l’excellent travail de propagande des puissants lobbies de l’industrie laitière (qui possède les « droits exclusifs psychologiques » sur le calcium dans les produits alimentaires…), le lait est présenté comme le seul aliment à contenir le calcium dont l’homme aurait besoin, et l’on vous suggère régulièrement que sans le lait et les produits laitiers, vous pouvez être certain de développer un jour ou l’autre l’ostéoporose et d’autres problèmes osseux…

Mais dans ce cas, comment expliquer que les Asiatiques, qui traditionnellement n’avaient jamais consommé de lait, n’ont commencé à souffrir de l’ostéoporose, et d’autres problèmes osseux, qu’à partir du moment où ils ont adopté le régime américain (régime de lait et de produits laitiers) ?!

Par ailleurs, aux Etats-Unis, pays où l’on consomme énormément de lait, comment expliquer dans ce cas que 25 millions d’Américaines développent l’ostéoporose ?!…

Contrairement à ce que l’on entend dire partout, le calcium contenu dans le lait de vache (et des autres animaux) n’est pas assimilé correctement par notre organisme !

En effet, le lait est trop riche en protéines qui, pour être éliminées par le corps, obligent celui-ci à mobiliser son propre calcium ! Du coup, les produits laitiers sont eux-même l’une des causes de l’ostéoporose !!

Par ailleurs, pour absorber le calcium, le corps a besoin de quantités de magnésium équivalentes. Or, il y en a très peu dans le lait de vache, ce qui contribue aussi à rendre le calcium du lait très peu assimilable par l’organisme humain…

Dans une étude financée par le « National Dairy Council » lui-même (Conseil National de l’Industrie Laitière aux USA), on a donné 3 verres de 25 cl de lait écrémé par jour pendant deux ans à un groupe de femmes en post-ménopause, et leurs os furent ensuite comparés à ceux d’un autre groupe (de contrôle), constitué de femmes à qui on n’avait pas donné ce lait.

Le premier groupe a consommé 1.400 mg de calcium par jour, et a pourtant perdu deux fois plus de densité osseuse que le groupe de contrôle !! Les chercheurs qui ont été mandatés par le National Dairy Council pour faire cette étude en concluent :

« Cela a pu être causé par l’augmentation de 30% de l’apport en protéines pendant la supplémentation en lait… Les effets défavorables de l’augmentation de l’apport en protéines ont été rapportés par plusieurs laboratoires, le nôtre inclu » (et ils citent ensuite une dizaine d’autres études…).

Le Docteur John McDougall, qui a examiné toutes les études nutritionnelles disponibles sur le sujet, a commenté ces études en disant : « Cela va sans dire, ces résultats n’ont jamais fait la une des journaux ! »

Et malgré toutes les preuves contradictoires, même dans leurs propres laboratoires, l’industrie laitière continue à affirmer que si l’on consomme 3 verres de lait par jour, nos os seront plus forts et que l’on peut être sûr de ne pas développer l’ostéoporose… faisant ainsi de l’ombre aux véritables mesures préventives, comme l’exercice physique en particulier (qui permet une bonne fixation du calcium).

Pour arrêter enfin de nous exposer aux risques et problèmes liés à la consommation du lait de vache et des produits laitiers, tout en donnant à notre corps les nutriments dont il a réellement besoin, nous pouvons nous tourner vers le monde végétal…

LES ALTERNATIVES VÉGÉTALES

Le calcium présent dans le lait de vache provient… des végétaux qu’elle consomme !!

Alors allons directement à la source !

C’est meilleur pour nous, meilleur pour les vaches et meilleur pour les veaux !! (Voir La souffrance cachée derrière le lait et les œufs).

Nous pouvons trouver tout le calcium dont nous avons besoin dans les végétaux, et les sources végétales de calcium sont de bien meilleure qualité et bien mieux adaptées à notre organisme que le lait de vache.

Parmi ces sources, on peut citer :

☑ les légumes (en particulier les légumes verts, le chou, asperges, épinards…) ;

☑ les céréales ; les oléagineux (amandes, noix, noisettes…) ; les légumineuses (haricots…) ;

☑ les fruits secs (raisins, abricots…) et aussi les oranges,

☑ le persil,

☑ les graines de sésame,

☑ le lait de soja renforcé en calcium végétal…

Toutes ces sources végétales recèlent du calcium parfaitement assimilable par le corps humain, et les protéines des plantes n’aboutissent pas à la perte de calcium, comme c’est le cas avec les protéines animales !

L’eau minérale est aussi une autre source de calcium.

Par ailleurs, la plupart des sources végétales de calcium sont aussi d’excellentes sources de magnésium, que l’on retrouve en particulier dans les légumes verts, les choux, les haricots, les petits pois, les haricots verts, les grains entiers, les oléagineux (noix…), les fruits secs (abricots, raisins…), les avocats, les bananes…

La vitamine D favorise aussi l’absorption du calcium par le corps.

Notre corps produit la vitamine D lorsque la peau est exposée à la lumière du soleil.

Pour une personne à la peau claire, une exposition au soleil du visage et des avant-bras pendant 15 minutes par jour, est suffisante. Le temps d’exposition devra être allongé pour les personnes à peau plus foncée.

En cas de faible exposition solaire (enfants, personnes âgés), des compléments à base de vitamine D sont utiles (une ampoule de Stérogyl) suffit à couvrir les besoins d’un adulte).

Et pour remplacer le lait de vache et les produits laitiers, on trouve facilement dans les magasins et dans les grandes surfaces (qui proposent de plus en plus de choix) du lait de soja (souvent renforcé au calcium végétal), lait de riz, lait d’amandes, lait de noisettes… ainsi que des margarines végétales, des fromages au soja (ail et fines herbes, etc…) et des yaourts au soja (nature, chocolat, vanille, fruits…).

Toute une gamme de goûts différents à essayer et surtout de MAGNIFIQUES OPPORTUNITÉS pour les entrepreneurs.

Claudel NOUBISSIE

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer