Le recteur de l’ Université de Ngaoundéré accusé de banditisme économique

Université de Ngaoundéré

Dans une correspondance adressée au président du conseil d’administration de l’ Université de Ngaoundéré, le contrôleur financier relève ne pas connaître lequel des budgets de l’institution est exécution. Celui adopté par le conseil d’administration qui s’élève à 9 milliards de FCFA ou celui envoyé par le recteur qui est de 11 milliards.

C’est dans une correspondance de deux pages que le contrôleur financier auprès de l’Université de Ngaoundéré a saisi Abdoulaye Babalé, le président du conseil d’administration de cette institution universitaire en date du 18 janvier 2022 pour demander des clarifications de deux budgets en circulation au sein de l’université pour l’exercice 2022. Selon lui, il a reçu de madame le recteur de l’université un exemplaire du budget de l’université de Ngaoundéré pour mise en application. Mais d’après Joseph Nkili, le contrôleur financier auprès de l’université de Ngaoundéré, le budget reçu par lui n’est pas celui qui a été adopté par le conseil d’administration en sa 47è session ordinaire tenue le 15 décembre 2021. « En effet, lors de ce conseil d’administration, une résolution avait été prise et adoptée à l’unanimité par les membres présents en vue du toilettage de ce budget (cf. résolution N°010/2021/UN/PCA/R). En claire, l’organe délibérant avait demandé à madame le recteur de l’université de supprimer les lignes / indemnités de souveraineté d’un montant 37.000.000 FCFA et avantages et indemnités que s’était attribuée madame le recteur sans bases légales, car aucun texte juridique ne soutenait lesdites primes », écrit le contrôleur financier auprès de l’université de Ngaoundéré.

Coupe d’Afrique des nations

Joseph Nkili explique au président du conseil d’administration de l’institution universitaire que : « d’ailleurs, deux lettres ci-jointes : l’une du Minetat Minsup et l’autre du ministre des finances avaient déjà demandé à madame le recteur de sursoir à l’augmentation desdites primes. Madame le recteur a cru bon de ne pas s’exécuter car dans le nouveau budget 2022 qu’elle vient de me transmettre, l’on n’y retrouve ces même avantages et indemnités qu’elle s’est fait gracieusement octroyée (cf. : page 13, programme 119, fonctionnement du cabinet du recteur 220030/461 612072-612071 à hauteur de 37.000.000 FCFA » explique-t-il. Le contrôleur financier d’ajoute que: « de plus madame le recteur après le vote du budget, sans débat et avis préalable du conseil d’administration a introduit sans raison apparente dans le budget de l’institution pour l’exercice 2022, les dépenses relatives à la coupe d’Afrique des nations (Can Total Energies 2021 pour un montant de 7.600.000 FCFA (cf. page 36, programme 119 du budget 2022. La question qui se pose est celle de savoir si la Can total énergies 2021 se joue dans la région de l’Adamaoua en général et à l’université de Ngaoundéré qui croupit sous le poids d’une dette énorme que l’ordonnateur principal semble ignorer. Cette dette se traduit par de nombreuses coupures de courant électrique par Eneo pour refus de paiement ainsi que, le refus de paiement des prestations réalisées par les opérateurs économiques comme l’imprimerie nationale ».

Dans son courrier, le contrôleur financier ajoute que madame le recteur de l’université de Ngaoundéré a aussi introduit une somme de 17.000.000 FCFA dans le budget de l’institution au bénéfice de la coopérative Coop-CA-Unice en violation des textes Ohada qui régissent les sociétés coopératives. Autres griefs soulevés par le contrôleur financier auprès de l’université de Ngaoundéré, l’introduction d’un montant de 900.000.000 FCFA et plus de 1.100.000.000 FCFA issu du budget d’investissement public (Bip) et autres que madame le recteur peine à justifier. Il demande au Pca de l’université de lui donner les directives pour savoir lequel des budgets il doit mettre en application. Il conclut son brulot en écrivant que les chefs d’établissements facultaire et des grandes écoles se plaignent de n’avoir pas reçu jusque-là un exemplaire du budget et que l’autonomie tant prôné n’est toujours pas effective à l’université de Ngaoundéré.

Joint au téléphone par le Jour, Uphie Melo Chinjé, recteur de l’université de Ngaoundéré s’est refusé de tout commentaire sur le sujet. « Je suis actuellement à Yaoundé. Je ne peux pas vous parler », a-t-elle dit avant de raccrocher. Cette correspondance du contrôleur financier vient mettre en lumière le climat délétère qui s’est installé à l’université de Ngaoundéré. Dans une correspondance en date du 15 janvier 2022, Abdoulaye Babalé, le président du conseil d’administration de l’université de Ngaoundéré demandait des explications à madame le recteur sur l’utilisation des fonds Covid 19, du budget d’investissement publics (Bip) et des impôts qui ne ressortent pas dans le budget de l’institution. Des lettres de dénonciations écrites par certains prestataires de services et adressées au Premier Ministre chef du gouvernement et à la Conac pour dénoncer la corruption, l’abus de pouvoir du recteur de l’université de Ngaoundéré depuis son arrivée à la tête de l’institution universitaire circule sur les réseaux sociaux.

Adolarc Lamissia / 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *