Le Centre appelle à la candidature de Paul Biya

C??est le point fort de la rencontre des élites et des notabilités de la région du Centre hier à Yaoundé. C??était un rendez-vous de « haut niveau » hier après-midi à l??hôtel Mont Febe perché sur l??une des sept collines de la capitale politique du Cameroun. C??était le rendez-vous de toutes les personnalités originaires du Centre, celles qui comptent dans cette région, dans toutes leurs

sensibilités politiques et composantes socio-économiques. Ministres, députés, opérateurs économiques, universitaires, syndicalistes, chefs traditionnels, ensemble femmes et hommes, ont répondu massivement à l??invitation à eux adressée par René Sadi, élite du Centre, secrétaire général du Comité central du RDPC, ministre chargé de mission à la présidence de la République. Dans une salle archicomble, Tsimi Evouna, délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Yaoundé a introduit le rendez-vous en soulignant les contours des assises. René Sadi, dans une communication dense, s??est exprimé sans détours. Après avoir remercié tous les participants, il s??est dit heureux de ces retrouvailles « pour partager nos analyses, échanges et harmoniser nos vues sur des sujets et des enjeux importants liés à la vie nationale, au climat socio-politique qui prévaut dans notre pays, et particulièrement dans la région du Centre, sujets et enjeux qui me semblent appeler une prise de position concertée, assumée et sans équivoque des élites et notabilités du Centre ». L??objectif de la rencontre et la méthode de travail sont ainsi dévoilés. Même si le Centre demeure serein, il doit, dit-il, conjurer les germes de la division, lever les malentendus.
Mais de quoi s??agit-il ? Deux faits, précise l??orateur, défraient la chronique ces derniers temps : 1- « Le soi-disant mémorandum Béti devenu mémorandum du Centre » ; 2- « La campagne de délation ourdie contre le président de la République par le comité catholique contre la faim et le développement ».
S??agissant du mémorandum il l??a disqualifié, soulignant que le Centre est en total désaccord avec lui tant sur la forme que sur le fond. Les populations et les élites du Centre n??ont jamais été consultées à ce sujet. L??anonymat de ce soi-disant mémorandum lui ôte toute crédibilité. Les peuples du Centre rappelle-t-il, se sont toujours illustrés par leur dignité, leur sincérité et leur courage. Ils s??inscrivent donc en faux contre une initiative qui n??a pas de paternité affichée et à laquelle on a voulu les impliquer sans eux voire contre eux. Quant au fond, souligne-t-il, le soi-disant mémorandum insinue « une remise en question de notre soutien au président de la République », arguant que dans l??opération Epervier, il y aurait « un acharnement délibéré doublé d??arrière-pensées contre les fils méritant du Centre ». Il n??en est rien, conclut-il après avoir indiqué qu??il s??agit de l??application des lois pour les Camerounais de toutes les régions, pour la sauvegarde du bien public et l??assainissement des comportements.
S??agissant du second point, on veut, affirme René Sadi, nuire au Cameroun, au président de la République et à sa famille par la publication d??un faux rapport sur un homme d??Etat « aux antipodes de la démesure et de l??ostentation ». Il faut donc, conclut-il demeurer vigilant, être fidèle aux institutions et loyal envers le président Paul Biya.
Dans un troisième temps, tous les intervenants ayant demandé la parole ont apporté leur soutien aux institutions républicaines et au président de la République. La rencontre s??est achevée par un appel à la candidature de Paul Biya à la prochaine élection présidentielle, appel lu par Bell Luc René, chef traditionnel. Le Centre a pris position. Le Centre a dit son engagement.
ESSAMA ESSOMBA. Cameroon Tribune

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *