Le Cameroun devra avoir une croissance plus forte pour annuler les effets du boom démographique – 237online.com
Economie

Le Cameroun devra avoir une croissance plus forte pour annuler les effets du boom démographique

Le ministre camerounais Louis Paul Motaze en charge des finances, a estimé qu’il faudrait à son pays, une progression de croissance plus forte que les 4,6% qui sont attendus pour le compte de l’année 2019, afin de contenir les effets de la croissance démographique.

« Avec les réformes qui ont été engagées avec le Fonds Monétaire International et certains autres partenaires au développement, nous repartons vers le haut mais c’est encore assez timide. Nous escomptons en cette année 2019 une croissance de 4,6%. Cela reste faible, car les gains de croissance économique sont annihilés par la croissance démographique », a-t-il expliqué dans une interview avec des investisseurs, lors du récent Forum Afrique Développement qui se déroulait à Casablanca au Maroc.

Le responsable camerounais a profité de la plateforme et du temps qui lui étaient offerts, pour exprimer son souhait de voir arriver des investisseurs dans son pays, pour soutenir la réalisation de ces performances de croissance dont le Cameroun a besoin pour atteindre ses objectifs de politique publique.

1xbet AFF

« Le Cameroun a un potentiel agricole très élevé. Dans certaines régions vous jetez un plant et il pousse tout seul. Et le Cameroun est une terre riche de ses richesses du sous-sol. En plus de tout cela nous avons une jeunesse dynamique, que tout le monde reconnait comme étant bien formée », a plaidé le ministre pour mieux vendre son pays.

7 pays d’Afrique subsaharienne étaient les invités de cette rencontre entre l’Est et l’Ouest de l’Afrique, voulue par le fonds d’investissement panafricain Al Mada et sa filiale bancaire Attijariwafa Bank. Outre le Cameroun, il y avait la Côte d’Ivoire, le Kenya, le Rwanda, l’Ethiopie, l’Egypte, le Mali, et la Sierra Leone, pays mis en avant.

Alors qu’on approche de 2020, date butoir de la première phase de son avancée vers ses objectifs d’émergence, le gouvernement camerounais a reconnu que de nombreux indicateurs de son Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi n’ont pas été atteints. Aux crises sécuritaires, s’est ajoutée une crise économique dont les effets tardent à s’estomper.

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer