La société italienne Eni reçoit toujours moins de gaz de Russie qu’elle en demande

Société italienne d'énergie Eni

La société italienne d’énergie Eni continue de recevoir du gaz russe dans des volumes réduits, a informé mardi TASS la société.

« Rien ne change. Nous recevons moins de gaz que nous en demandons », a fait savoir la société.

Dans le même temps, Eni ne commente pas le sujet de la sécurité énergétique, car cela relève de la compétence du gouvernement et affecte d’autres entreprises.

Dès le 15 juin, Eni a reçu une notification de Gazprom selon laquelle l’approvisionnement en gaz serait réduit d’environ 15%. Selon la société italienne, Gazprom a expliqué le volume insuffisant par « des problèmes liés à la station de Portovaïa. » En Italie, ils ont commencé à recevoir de 65% à 50% des volumes demandés, mais le directeur général d’Eni, Claudio Descalzi, a déclaré le 18 juin que l’offre de gaz en Italie dépassait désormais la demande.

L’Italie est en train de remplir les installations de stockage pour la prochaine saison d’hiver. Selon le premier ministre italien Mario Draghi, qui promeut l’idée d’imposer un plafond des prix du gaz russe en Europe, « il est difficile de dire ce que la Russie fera du gaz ». « Nous essayons d’être préparés en constituant des stocks ainsi qu’en investissant à long terme dans le développement de sources alternatives, y compris dans les pays en développement », a déclaré M. Draghi.

237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *