Economie

La Banque mondiale offre 71 milliards de Fcfa au Cameroun

Ledit financement permettra de scolariser 300 000 élèves des établissements d’Enseignement secondaire qui appliquent les normes requises à un environnement d’apprentissage favorable, toute priorité accordée aux filles issues des régions défavorisées.

125 millions de dollars soit 71 milliards de Fcfa, c’est le nouveau financement qu’a approuvé le Conseil d’administration de la Banque mondiale le 16 juillet 2020 en faveur de l’éducation au Cameroun. Selon la (Bm), les fonds sont destinés à « l’extension de l’accès de tous à un enseignement secondaire de qualité et au renforcement des programmes de développement des compétences au Cameroun, en visant particulièrement les filles », rapporte Investir au Cameroun.

Le financement de l’institution de Bretton Woods est fonction des difficultés que rencontre le Cameroun dans l’Enseignement secondaire en dépit des avancées : « Si les progrès sont là sur le plan de l’élargissement de l’enseignement primaire, le Cameroun a encore du mal à assurer un enseignement de qualité, notamment dans le secondaire », explique Abdoulaye Seck, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Cameroun. Dans ce sens, « l’objectif est d’augmenter le nombre d’élèves inscrits dans les établissements d’enseignement secondaire général visés, et de filles fréquentant ces établissements dans les régions défavorisées. Il s’agit aussi d’accroître le nombre de diplômés qui trouvent un emploi ou travaillent à leur compte à l’issue de leur formation », renchérit le Sénégalais.

La Banque mondiale (Bm) souligne également que l’opération « complètera le projet pour l’autonomisation des femmes et le dividende démographique au Sahel (Swedd), en soutenant les filles scolarisées dans les régions non visées par le Swedd et en accordant une exemption des droits de scolarité aux filles les plus démunies des quatre régions couvertes ». Ce financement épouse l’objectif 4 des Objectifs du millénaire pour le développement (Omd). L’Objectif 4 a pour mission : Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie. L’éducation favorise la mobilité socio-économique et constitue un moyen d’échapper à la pauvreté.

Au cours de la dernière décennie, des progrès majeurs ont été réalisés pour améliorer l’accès à l’éducation et accroître les taux de scolarisation à tous les niveaux, en particulier pour les filles. En 2020, alors que la pandémie de Covid-19 se propageait dans le monde entier, une majorité de pays a imposé la fermeture temporaire des écoles ; plus de 91 % des élèves dans le monde ont été concernés. En avril 2020, la fermeture des écoles a touché près de 1,6 milliard d’enfants et de jeunes. Près de 369 millions d’enfants qui dépendent normalement des repas scolaires comme source fiable de nutrition quotidienne ont dû se tourner vers d’autres sources.

Jamais dans l’histoire, autant d’enfants n’ont été déscolarisés en même temps ; cette situation a perturbé leur apprentissage et bouleversé leur vie, notamment en ce qui concerne les enfants les plus vulnérables et les plus marginalisés. La pandémie mondiale a de graves conséquences qui peuvent mettre en péril les progrès durement acquis dans le domaine de l’amélioration de la qualité de l’éducation au niveau mondial. Rappelons qu’au mois d’avril dernier, l’institution bancaire mondiale basée à Washington aux Etats-Unis d’Amérique avait d’abord alloué un financement de 100 milliards de FCFA pour la réforme de l’éducation et le développement des projets sociaux.

Aurielle Désirée NOUNKE (Stg)

Tags
Afficher plus

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer