Justice: nouvelle reprise du procès de Ayuk Tabe et cie le 9 juillet - 237online.com
Société

Justice: nouvelle reprise du procès de Ayuk Tabe et cie le 9 juillet

Sisiku Ayuk Tabe Julius et neuf autres personnes arrêtées au Nigéria au début de l’année dernière devraient comparaître devant le tribunal militaire de Yaoundé le mardi 9 juillet 2019, à la reprise de leur procès.

Le 19 juin, le tribunal militaire de Yaoundé avait ajourné la procédure à l’encontre des dirigeants d’Ambazonia détenus, dans l’attente du verdict rendu par la cour d’appel, lequel confirmait les décisions des juridictions inférieures.

Les 10 chefs accusés ambazoniens, à savoir; Julius Ayuk Tabe, Fidelis Che, Egbe Ogock, Augustine Awasum, Shufai Blaise S. Berinyuy, Wilfred Tassang, Cornelius Kwanga, Nfor Ngala Nfor et Elias Eyambe Ebai comparaîtront devant le peuple camerounais.

Au cours de l’affaire ouverte à 12 h 15, le juge, en présence des deux assesseurs, a déclaré qu’il avait reçu une récusation et que, conformément à la loi, il n’était pas censé poursuivre l’affaire jusqu’à ce qu’une décision de la Cour d’appel entende la récusation. et passe une décision.

Les juges de la défense avaient intenté une récusation contre le juge et les évaluateurs pour avoir fait preuve de partialité dans l’audience, au lieu d’être neutres comme le prévoyait la loi. Cependant, le juge, pour la toute première fois, a parlé en anglais en ajournant l’affaire au 9 juillet.

Le 19 juin, lorsque l’accusé a comparu devant le tribunal, c’était le moment de célébrer l’anniversaire de l’un des leurs, l’avocat Eyambe. Des chansons d’anniversaire ont été chantées dans la salle d’audience à la surprise de beaucoup.

Le 20 février 2019, le président du tribunal avait rendu une décision contradictoire indiquant que les accusés étaient de nationalité camerounaise et avaient en même temps le statut de réfugiés et de demandeurs d’asile, tout en insistant pour qu’ils soient jugés au Cameroun.

L’avocat de la défense a immédiatement interjeté appel de ce jugement devant la cour d’appel de Yaoundé, aux termes duquel ses clients devraient être renvoyés au Nigéria après avoir été arrêtés et extradés illégalement.

Même si le juge avait tenté de poursuivre la procédure, les avocats de la défense avaient insisté et avaient boycotté les audiences indiquant que toutes les procédures devant un tribunal militaire devaient être interrompues avant que la cour d’appel ne réagisse conformément à la loi.

La cour d’appel a toutefois jugé que le procès devait se poursuivre au Cameroun.

La Cour fédérale d’Abuja avait précédemment rendu un verdict demandant au gouvernement nigérian de ramener les dirigeants d’Ambazonia et de payer des dommages et intérêts. Néanmoins, le gouvernement camerounais n’a pas encore réagi à la reprise du procès.

Les dirigeants d’Ambazonia ont été arrêtés le 5 janvier 2018 au Nigéria et extradés vers le Cameroun. Ils répondent à de nombreuses accusations, notamment de terrorisme et d’incitation à la violence.

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer