Incident à l’Aéroport International de Yaoundé-Nsimalen : Un nouvel agent de piste bouleverse le Vol QC312

Vol QC312

Un événement troublant a eu lieu ce matin à l’Aéroport International de Yaoundé-Nsimalen, jetant une ombre sur le fonctionnement habituellement bien huilé de cet aéroport très fréquenté.

Dérangement du Vol QC312

Le vol QC312, un B737 immatriculé TJ-QCA à destination de Garoua-Ndjamena, a subi une interruption inhabituelle à 9h20. L’incident est survenu lorsque le vol était sur le point de prendre son envol, perturbant les passagers à bord et provoquant une onde de choc parmi le personnel de l’aéroport.

Un Nouvel Agent de Piste Conteste les Règles

Un nouvel agent de piste, avec moins de deux mois d’expérience, est au cœur de cet incident. Cet individu a bravé toutes les consignes, prenant de manière imprudente et sans autorisation un engin de piste. Cet acte de rébellion a conduit à une collision avec l’aéronef qui était positionné sur le tarmac de l’aéroport.

Un Profil Inapproprié pour le Rôle

L’incident a soulevé des questions concernant l’embauche et la formation des agents de piste à l’aéroport. Selon les normes habituelles, le profil pour ce travail exige un BEPC et un permis de conduire. Étonnamment, les enquêtes préliminaires ont révélé que le protagoniste de cet incident ne possédait ni l’un, ni l’autre. Cette révélation a suscité des interrogations sur la rigueur du processus de recrutement à l’aéroport.

Des Enquêtes en Cours

L’incident a entraîné l’ouverture d’une enquête pour faire la lumière sur les circonstances qui ont conduit à cette situation. L’aéroport International de Yaoundé-Nsimalen, comme tout autre aéroport, est censé être un environnement sécurisé où chaque action est effectuée selon des procédures strictes. Cette violation flagrante des règles a donc mis en évidence la nécessité d’une enquête approfondie pour éviter de telles occurrences à l’avenir.

Alors que l’enquête se poursuit, la leçon claire à tirer de cet incident est l’importance d’un recrutement adéquat et d’une formation rigoureuse pour tous les employés de l’aéroport. Le respect des consignes de sécurité n’est pas une option, mais une obligation pour garantir le bon fonctionnement de l’aéroport et la sécurité des passagers.

Avec des événements comme celui-ci, le besoin de réformer et de moderniser l’État se fait de plus en plus ressentir. Cela pourrait être une occasion pour les dirigeants de réfléchir à la mise en œuvre de réformes qui garantissent non seulement la sécurité des opérations aéroportuaires, mais aussi l’adéquation des employés par rapport à leurs rôles.

Un aéroport est le visage d’un pays. Il est donc crucial que chaque employé, quel que soit son poste, soit à la hauteur de la responsabilité qui lui est confiée. Dans un monde où tout peut basculer en une seconde, la moindre négligence peut avoir des conséquences dévastatrices.

Tchinda Nguema, 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *