Politique

Imaginer le Cameroun Post-BIYA : Appel à contribution

Bonjour chers/chères compatriotes. Je vous propose de faire parler le peuple camerounais sur le Cameroun de demain.

Je pense que plusieurs Camerounais et Camerounaises espèrent et souhaitent un meilleur pays pour eux-mêmes, leurs enfants et les enfants de leurs enfants.

Je pense que plusieurs Camerounais et Camerounaises rêvent d’un pays dont ils seront fiers et auquel ils seront fiers d’appartenir.

Il y a quelques années, le président camerounais actuel posait trois questions fondamentales :

  1. Pourquoi sommes-nous Camerounais ?
  2. Sommes-nous fiers de l’être ?
  3. Quel Cameroun voulons-nous pour nous pour nos enfants ?

L’état de délitement actuel de notre nation, de dissensus entre Camerounais et d’absence de réponses satisfaisantes à ces questions cruciales constituent des preuves que notre pays a besoin de nous, de nos idées et de nos rêves pour penser son futur.

Je pouvais faire un essai comme j’ai l’habitude de le faire mais j’ai pensé que nous devons faire œuvre collective, démocratique, cathartique et populaire pour brosser le portrait-robot du pays dans lequel nous aimerions que nos enfants et leurs enfants vivent.

J’invite donc tout Camerounais et toute Camerounaise à participer à la préparation et à la publication d’une œuvre collective. Je ne la souhaite pas académique au sens orthodoxe de ce terme mais à la portée de tout Camerounais et de toute Camerounaise qui sait lire et compter. Les académiques ne sont pas exclus. Ils sont juste appelés à limiter le jargon académique et technique afin qu’ils se fassent comprendre par le Camerounais et la Camerounaise ordinaires.

Le titre que je propose à cette œuvre que je souhaite collective, volumineuse, avec la participation de toutes les couches de la société camerounaise et à la portée de tout le monde est le suivant :

DISCOURS ET IDÉES SUR LE CAMEROUN DE DEMAIN
Camerounais et Camerounaises parlent du Cameroun qu’ils aiment, souhaitent et dont ils rêvent

Je souhaite les choses simples et directes. Tout Camerounais et toute Camerounaise vivant au pays ou dans la diaspora est invité à proposer un texte de maximum 20 pages à cet ouvrage. D’où le ton familier et peu académique de cet appel à contribution que je veux populaire et ouvert à tout le monde. Je ne vais donc pas vous sortir un état de l’art scientifique sur les entrées thématiques de l’ouvrage. Les propositions de textes (que nous souhaitons, simples, compréhensibles par tous et claires) peuvent porter sur les 40 thèmes suivants :

  1. La ville camerounaise
  2. Le village camerounais
  3. Les rapports villes/campagnes
  4. L’économie nationale camerounaise
  5. L’économie internationale camerounaise
  6. La finance et le système financier camerounais
  7. La gouvernance camerounaise
  8. La démocratie camerounaise
  9. La culture camerounaise (musique, danses, théâtre, traditions, mythes…)
  10. Les religions camerounaises
  11. Les élections au Cameroun
  12. La sécurité au Cameroun
  13. La forme de l’Etat camerounais
  14. La question anglophone
  15. L’économie numérique camerounaise
  16. La citoyenneté camerounaise
  17. Les langues au Cameroun
  18. L’éducation au Cameroun
  19. La jeunesse camerounaise
  20. L’opposition politique camerounaise
  21. La révolution camerounaise
  22. L’université camerounaise
  23. L’économie informelle camerounaise
  24. La fiscalité camerounaise
  25. Le handicap au Cameroun
  26. Le foncier au Cameroun
  27. L’économie maritime et solaire au Cameroun
  28. Le vivre ensemble au Cameroun
  29. La démographie camerounaise
  30. La diplomatie camerounaise
  31. La santé
  32. L’Etat de droit
  33. Les matières premières
  34. La recherche scientifique
  35. Les droits des LGBTQ au Cameroun
  36. L’institution présidentielle et le président de la République
  37. Le sport camerounais
  38. Le panafricanisme camerounais
  39. La société civile camerounaise
  40. Le climat et le développement durable made in Cameroon

En tant que coordinateur de l’ouvrage je ferai une introduction générale pour présenter l’ouvrage ainsi qu’une conclusion sur sa portée et son organisation logique et thématique suivant la nature et le contenu des textes qui seront reçus.

Consignes aux auteurs

Tout contributeur va participer au financement de la publication du livre. Donc plus nous sommes nombreux mieux ça vaudra afin que ce coût soit le plus bas possible par auteur. Le nombre de pages du livre ne compte donc pas il peut aller au-delà de 1000 pages sans aucun problème.

Taille des textes : 20 pages au maximum (tout compris)

Police : taille 12 ; caractère Time New Roman ; interligne simple ; références bibliographiques en bas de page (pas dans le texte) : toute la bibliographie doit être reprise à la fin du texte.

NB : Les textes qui ne respectent pas ces consignes seront renvoyés aux auteurs pour mise en en forme.

Dates importantes

Remise des textes définitifs : le 30 juillet 2022

Publication : septembre 2022

Lecteurs et correcteurs : les participants qui estiment avoir un bon niveau de langue doivent se signaler afin de lire les textes pour des corrections orthographiques. Des remarques de fond seront fait aux auteurs à titre indicatif. A eux d’en faire ce qu’ils veulent en faire car l’idée et de laisser les uns et les autres s’exprimer librement sans contraintes théoriques, scientifiques ou méthodologiques.

Financement : Nous allons financer nous-mêmes (tous les auteurs) la publication de cet ouvrage de préférence chez un éditeur camerounais. Nous allons aussi tous en assurer la promotion car ce sera le livre du peuple camerounais. Le Dr. Moise Esso a la charge d’organiser le volet financement de l’ouvrage via l’ouverture d’un PayPal dont il aura la charge de la gestion et du monitoring. Les informations y relatives vont suivre rapidement.

Supervision générale : Pr. Thierry Amougou.

Ceux qui sont intéressés peuvent contacter le Pr. Dr. Thierry Amougou via le mail ci-dessous : [email protected]

Je vous espère très nombreux et motivés pour faire parler notre pays à travers vous et lui offrir vos idées.

Pr. Thierry Amougou

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page