Afrique

IBK dit non à un rétablissement de sa personne à la tête de l’État malien

Selon le président déchu, son rétablissement par force par la CEDEAO serait une nouvelle violation de la constitution de son pays.

«la rupture devrait entraîner une nouvelle élection à laquelle je ne participerai pas »

«je suis sensible à l’attention que mes pairs n’ont cessé de porter à mon pays depuis quelques temps.

Sans rentrer dans les détails du coup de force militaire, j »ai toujours dis qu’on est président, on n’est jamais un bon président, car la voix des peuples portent plus loin que nos capacités d’actions.

Il ne reste qu’a un chef d’état l’honneur et la dignité, ma décision est donc prise en toute conscience et liberté : je renonce à mes fonctions.

Lire aussi
Finance : Express Union fait partie du top 4 des microfinances au Gabon

Que nul ne fasse violence sur le peuple malien afin de satisfaire des ambitions autres que les actes clairement posés par mes soins.

Je ne retournerai pas aux affaires, même pas pour une seconde. Toutefois, je vous suis reconnaissant, je vous remercie.» IBK.

Afficher plus

Un commentaire

  1. Le président a finalement compris la nécessité de servir le peuple et le protéger. félicitation, enseignez cela à d’autres présidents africains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page