PolitiqueSociété

Grand dialogue National: La dimension spirituelle d’un évènement inédit

Au bout de trois années de conflit armée dans les régions du Nord et du Sud-Ouest du Cameroun, l’Hiérophante Paul Biya mais en exergue la dimension spirituelle d’un grand homme d’Etat.

Si le grand Hiérophante Jésus-Christ pouvait affirmer sic «Tout Pouvoir m’a été donné dans les cieux et sur la terre afin que tout genou fléchisse»
Il serait aussi possible de dire «tout pouvoir a été donné à Paul Barthélemy Biya Bi Mvondo par Dieu et par les dépositaires du pouvoir ancestral que compte les dix régions qui constitue la République du Cameroun, faisant de lui, le maître du destin du pays le plus difficile à gérer sur la planète terre, de par sa complexité pluridimensionnelle.

Ainsi l’action du chef d’Etat faisant à amener la sincérité au sein de la Nation Camerounaise au travers du grand dialogue National, peut être interprétée dans sa dimension spirituelle par la numérologie, «science des nombres» au travers de laquelle tout problème peut être compris et trouver une solution par des calculs rigoureux et précis.
4 nombres peuvent nous conduire dans la présente réflexion à savoir :
La date du 10 Septembre 2019 «adresse à la Nation du chef de l’Etat» ;
La date du 30 septembre 2019 «jour d’ouverture solennelle du grand dialogue national» ;
La durée des travaux ;

La durée du conflit armée dans les régions du Nord et Sud-Ouest Le 10 septembre 2019 à 20 heures précises lorsque le chef de l’Etat prend la parole il surprend tout le monde en faisant part de sa décision de convoquer un grand dialogue national dans l’optique de ramener la paix dans les régions anglophones en crise et parler aussi des problèmes qui minent la nation tout entière ; on a très vite compris l’inquiétude des esprits mécréants épris par une intransigeance indescriptible dont le seul but est de maintenir le Cameroun dans la confusion.

Les nombres finissent à 9 et le signe distinctif de la dizaine c’est le zéro sans valeur propre ajoutée à l’unité. Le dix représente donc tout ce qui, n’étant rien par soimême, reçoit une grande force de l’opinion et, peut subir par conséquence la toute-puissance sagesse divine. Si nous additionnons 1+ 0 on obtient 1 ; le chef de l’Etat a compris qu’il faut devenir le médecin et le juge de soi-même et par-delà de la population qu’on dirige pour vaincre les maléfices du nécromant, qui ne conjure que le mépris et le scandale pour triompher de l’opinion qui glace tous les enthousiasme et confond toute chose dans une même froideur pâleur. Connaître les vertus et les signes pour amener son peuple à la dignité telle est la mission fondamentale d’un Chef d’Etat initié qui est obligé de se débarrasser des mauvaises graines qui l’entourent voilà ce qu’a fait Paul Biya pour arriver à asseoir les Camerounais sur une même table.

La date d’ouverture du grand dialogue national ; elle n’était pas non plus anodine, parce que nous passons du neuvième mois de l’année pour le dixième le neuf c’est un nombre qui passe sous silence parce qu’il renferme les grands secrets de l’initié, la force qui rend la terre féconde, les mystères du feu occultes, la clé universelle des âmes, la seconde vue devant laquelle les malfaiteurs ne sauraient restés cachés. C’est la clé de l’émancipation des corps et des âmes qui ouvre toutes les prisons et, cette force du choix éternel achève la création de l’homme et le fixe dans l’immortalité. Si nous additionnons 3 + 0, on obtient en effet le 3 qui représente la force de la croissance de la volonté. Il a vaincu le génie de la crainte, il reconnait que les dogmes sont les ornements de la vérité inconnue aux vulgaires ; il renverse dans l’intelligence de l’homme toutes les idoles, il enchaine le génie de la mort, il sonde tous les précipices, et, somme l’infini même à la proportion des calculs pour éviter à jamais les embuches de la déception ; voilà la puissance spirituelle du chiffre 3 dans le nombre 30, symbolisant la date d’ouverture du grand dialogue national.

La durée du grand dialogue national ; 5 jours auront suffi pour se dire des vérités jusque-là insoupçonnables dans un climat d’amour et de mendicité de la paix le chiffre 5 représente les 5 branches de l’étoile greffées sur la bande rouge du drapeau Camerounais, le grenat, symbolisant toujours l’unité le sang et, la force ; le 5 triomphe de l’infirmité humaine, il se démarque de la fascination. Il s’arme de toutes les forces créatrices de la
quintessence, et, produit à son gré l’harmonie qui résulte du mariage des contraires, parce que tout développement est tributaire de la dialectique nous voulons dire de la contradiction.

La durée du conflit ; trois années d’atrocité indescriptible, d’enlèvement de vandalisme de toute sorte contraignant les populations à fuir les sépultures de leurs ancêtres ;
que n’a-t-on pas dit pendant que l’hiérophante Paul Biya était noyé dans une cogitation spirituelle de degré supérieur ; si les serpents du caducée d’Hermès contre lance trois fois, Cerbère ouvrent sa triple gueule et le feu chante les louanges de Dieu par les trois langues de la foudre. Chez Paul Biya, la force croissante de la volonté prend une dimension exceptionnelle. Ainsi, il démontre que « la valeur d’un grand homme et, surtout un homme d’Etat de son acabit est tributaire de sa capacité à braver les obstacles ». En adoptant une telle attitude, le Chef de l’Etat s’est entièrement laissé conduire non seulement par la volonté de Dieu mais aussi celle de ses ancêtres. C’est pour cela qu’au bout du compte même ses plus proches n’ont pas compris les gestes d’apaisement qu’il a posé avant même la fin des assises du palais des congrès de Yaoundé ; il s’agit de la réaction d’un père qui a pris à laisser dans la mémoire des Camerounais la marque d’un homme qui n’aura pas eu la main glorieuse avec ses collaborateurs ;
mais pour lequel on reconnaitra à jamais le mérite de l’initiateur de la démocratie et de la prospérité.

Spirituellement vôtre Arbogast Visingor Korkotongueur

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer