Gouvernement et meuniers : Dialogue de sourd autour du prix du pain

pain

Gouvernement et meuniers poursuivent au ministère de Commerce les discussions pour maintenir le prix du pain, certains opérateurs du secteur ont menacé de suspendre les activités de livraison de la farine et du blé sur le triangle national.

Le 8 février 2022, Alfred Nomo Ebongue, secrétaire général du Groupement des industries meunières du Cameroun a annoncé la suspension de la livraison de la farine sur le marché national. Dans un communiqué de presse, il était mentionné : « Le groupement des industries meunières du Cameroun (Gimc) informe les populations du triangle national que les acteurs majeurs de la profession, représentant 70% de parts de marché de la production de farine, ont suspendu c jusqu’à nouvel avis, toute livraison de farine et de son blé. Le Gimc tient à porter à la connaissance des consommateurs que cette mesure prise à contre cœur vise à limiter la portée des pertes que ces entreprises enregistrent depuis trois mois à cause de l’augmentation ininterrompue et sans précédent du cours du blé, leur matière première, et des mesures insuffisantes que prennent les pouvoirs publics pour les accompagner dans l’acquisition de celle –ci. Par ailleurs, la vente à perte étant interdite par la loi, ces acteurs tiennent à sortir du champ de l’illégalité. Le cours du blé sur le marché international continuant sa progression, ils ont besoin d’un ajustement mesuré de leurs prix de vente pour être en mesure d’acheter du blé et donc de mettre à la disposition des populations, la farine ».

Ce même jour, le ministre du Commerce Luc Magloire Mbarga Atangana écrivait à madame le directeur général de la société la Pasta avec comme objet : « suspension de vos activités de production et de commercialisation de la farine de blé » Dans cette correspondance le ministre du Commerce relevait : « Madame le directeur général, les Services Déconcentrés du ministère du Commerce dans la région du Littoral m’informent de ce que votre société a suspendu, depuis ce matin, toute opération de production et de commercialisation de la farine de blé. Sous réserve de la confirmation de cette information, j’ai l’honneur de vous rappeler les dispositions pertinentes de la loi N°2015/018 du 21 décembre 2015 régissant l’activité commerciale au Cameroun, en son article 75, alinéa c qui proscrit formellement le fait d’exercer ou tenter d’exercer soit individuellement, soit par réunion ou coalition une action en vue de faire échec à la réglementation des prix ou en menaçant de cesser son activité commerciale… Je voudrais par conséquent vous inviter à un retour immédiat à la légalité et à l’esprit républicain, dans une démarche de dialogue constructif avec les pouvoirs publics ».

Les meuniers et les boulangers sollicitent des autorités des allègements fiscaux supplémentaires ou à défaut, un réajustement des prix pour équilibrer leurs charges de production. Les consommateurs très préoccupés et redoutant des conséquences de l’augmentation du prix de pain, ont proposé au gouvernement quelques pistes de solutions. Dans une correspondance adressée le 6 janvier 2022 au premier ministre chef du gouvernement, la Coalition des Consommateurs camerounais suggère entre autres : la tenue d’une concertation entre l’administration publique et le secteur privé ainsi que l’épuration par le gouvernement de la subvention promise aux opérateurs du secteur meunier en 2011 afin de leur permettre d’amortir les charges supplémentaires.

Prince Nguimbous / 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *