Cameroun : Cacophonie autour du prix du pain

pain

La baguette de 200 grammes est vendue dans plusieurs quartiers de la ville au prix de 150 au lieu de 125FCfa. Les boulangers justifient cette situation par la hausse du prix de la matière première, notamment la farine. Entre-temps, le ministère du Commerce affirme que les prix restent inchangés.

Dans les bouchons du marché Ekounou à Yaoundé, un conducteur de moto se bat pour trouver du chemin. Le jeune homme faufile entre les véhicules malgré le fait que sa moto porte une grosse caisse en bois. Sur cette caisse plus de 20 sacs remplis des baguettes de pain de 200 grammes sont accrochés. Comme chaque matin, il se ravitaille dans une boulangerie située au quartier Kondengui avant de commencer la livraison dans les boutiques situées à Ekounou, Nkomo et Kondengui, dans le quatrième arrondissement de la capitale politique. Ce jeune homme de 35 ans est livreur de pain depuis 2014. Par jour il met à la disposition des consommateurs plus de 800 pains de 200g. « Avant je prenais un pain à la boulangerie au prix de 110Fcfa la baguette pour aller livrer à 115Fcfa au quartier. Depuis quelques jours, je prends la baguette de pain à 125 à la boulangerie. Avec le transport je fais l’effort de livrer le pain au prix de 135Fcfa, raison pour laquelle le consommateur final est obligé d’acheter au prix de 150F. Le prix du pain augmenté parce que les boulangers affirment que le sac de farine se vend plus cher », affirme le conducteur de moto.

Un boulanger ayant accepté de s’expliquer sous anonymat sur ce qui justifie l’augmentation du prix du pain affirme : « Le sac de farine de 50kg devient de plus en plus cher. Avant j’achetais le sac de farine à 19.000FCfa chez nos prestataires. Mais depuis quelques mois, nous achetons un sac de farine à 22000. Ce sont les grossistes qui nous donnent le sac de farine à ce prix ».

23000 pour un sac de 50 kg

Chez les boutiquiers du marché Ekounou par exemple, le sac de farine de 50 kg ne coute pas 22000Fcfa comme certains grossistes. Après avoir parcouru deux espaces commerciaux dans ce marché, nous avons pu constater que le prix d’un sac de farine est vendu à 23000.Cfa. Entretemps, le ministère du Commerce affirme pour sa part que le prix de pain n’a pas été augmenté. Suite à un article publié le 14 janvier 2022 dans votre journal concernant la hausse du prix de pain, le ministère du Commerce, à travers la Cellule de Communication a réagi : « Le ministère du Commerce du Commerce voudrait s’inscrire contre cette affirmation dont les mobiles restent à interroger. Il rappelle que jusqu’à nouvel avis, le prix de la baguette de 200 grammes reste inchangé à 125Fcfa, de même que celui du sac de farine de 50 kg qui continue de couter 19000FCfa au stade du consommateur final. »
Face à cette confusion sur le prix du pain, Rolande Ngo Issi, député du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (Pcrn), n’est pas restée indifférente. Dans une tribune publiée le 14 février sur facebook, cette parlementaire qui reconnait que l’inflation est devenue un problème mondial interpelle le ministère du Commerce à prendre toutes ses responsabilités pour protéger les consommateurs.

Depuis que les couts de production ont augmenté du fait de la conjoncture mondiale imposée par le coronavirus, les meuniers affirment que pour un sac de farine de 50kg, ils dépensent plus de 5000Fcfa pour l’augmentation des couts de production. Ils sollicitent du gouvernement, un réajustement du prix. Les négociations entre le gouvernement et les meuniers se poursuivent au ministère du Commerce. Mais avant la fin des négociations, la hausse du prix du pain est déjà visible sans l’accord préalable du gouvernement.

« La baguette de 200 g jusqu’au mois de juillet 2009, le prix de cette baguette a toujours été vendue à 150F. Mais à la suite d’une baisse du prix de blé intervenue à cette époque le ministère du Commerce a négocié et obtenu des meuniers et des boulangers que la baguette soit ramenée à 125F. Aujourd’hui le sac de farine a augmenté et la baguette de pain est toujours vendue à 125F.Cfa ; Il y a des acquis important que nous maintenions grâce aux efforts des opérateurs économiques. Nous devrions travailler ensemble pour maintenir le pouvoir d’achat des Camerounais », affirme un cadre au ministère du Commerce.

Face à cette confusion sur les prix du pain ainsi que d’autres denrées alimentaires de première nécessité les équipes du ministère du Commerce sont attendues dans le cadre d’une opération coup de poing afin d’assainir cette pratique que certains qualifient de hausse illégale.

Prince Nguimbous / 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *