Franc-maçonnerie : tractations sur la succession de Bakayoko

Franc-maçonnerie

Endeuillée par le décès de son grand maître Hamed Bakayoko, la Grande Loge de Côte d’Ivoire (GLCI) doit rapidement lui trouver un successeur. Depuis une semaine, les tractations vont bon train.

Le décès le 10 mars d’Hamed Bakayoko, hospitalisé depuis le 6 mars à Fribourg (Allemagne) où il devait suivre un traitement expérimental pour un cancer du foie en stade avancé, a suscité un appel d’air au sein de la Grande Loge de Côte d’Ivoire (GLCI), dont le premier ministre était le grand maître depuis plus de dix ans (Africa Intelligence du 25/02/21).

Programmée au mois d’avril, l’assemblée générale qui devait introniser Hamed Bakayoko pour son second mandat à la tête de la GLCI a été annulée. Dans l’intervalle, et une fois passés les différents hommages nationaux, les maçons ivoiriens doivent statuer sur la succession. Un sujet qui avait déjà été brièvement abordé dans la foulée du transfert du grand maître de la GLCI de Paris à Fribourg le 6 mars. Une partie de l’ordre devrait se réunir cette semaine pour évoquer les modalités de la succession.

Alain Richard Donwahi favori

A la GLCI, c’est l’actuel ministre des eaux et forêts, Alain Richard Donwahi, qui fait figure de favori pour succéder à Hamed Bakayoko. Membre de la loge depuis plus d’une décennie, ce dernier est actuellement « grand maître des maçons des marques et de la province du centre ». Selon les règles en vigueur, le grand maître doit être désigné par la seule centaine de « souverains » que compte la GLCI sur ses 2 000 membres. Le 7 mars, une dizaine de ces « souverains » avaient prévu de se réunir dans la résidence d’Alain Richard Donwahi, dans le quartier de Marcory Résidentiel, à Abidjan, pour faire le point sur la santé de Bakayoko et la gestion de la GLCI. Mais la rencontre a été ajournée.

Alain Donwahi peut notamment se prévaloir du soutien de la nouvelle génération de grands maîtres provinciaux promue tout au long du mandat d’Hamed Bakayoko et incarnée par le numéro 2 de la GLCI, Sylvère Koyo. Député grand maître, il est particulièrement proche de l’actuel ministre des forêts. En cas de désignation d’un nouveau grand maître, la vieille classe de la GLCI représentée par le pharmacien Albert Pittey – qui assure l’intérim de Bakayoko depuis le 18 février – pourrait ainsi se retrouver en minorité. La branche historique de Pittey était notamment toute-puissante sous l’ex-grand maître Clotaire Magloire Coffie, mais a vu son influence grandement diminuer sous Bakayoko.

La relation entre Hamed Bakayoko et Alain Donwahi, à qui le premier a succédé au ministère de la défense en juillet 2017, avait été tumultueuse ces dernières années. A son arrivée à la tête du ministère régalien, Hamed Bakayoko avait fait auditer près de 61 milliards de francs CFA (90 millions d’euros) de commandes passées par son prédécesseur. Plusieurs d’entre elles avaient été suspendues.

Africa Intelligence

One thought on “Franc-maçonnerie : tractations sur la succession de Bakayoko

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *