Eneo Cameroun au banc des accusés après une nouvelle crise électrique

Eneo sponsor obscurité

Les Camerounais n’en peuvent plus. Alors que le pays traverse une énième crise de fourniture électrique depuis une semaine, la société Eneo concentre à nouveau toutes les critiques pour son incapacité chronique à assurer un service décent auprès des abonnés. Entre scandales à répétition et mépris du client, l’exaspération est à son comble.

Une nouvelle crise qui tombe très mal

On aurait pu croire que la pilule était déjà bien difficile à avaler pour le consommateur camerounais. Entre coupures à répétitions, hausses de tarifs abusives à chaque nouvelle crise et facturations tous azimuts, ce dernier était habitué à serrer les dents face à un service public défaillant.

Mais la dernière débâcle en date, qui plonge des centaines de milliers de foyers dans le noir depuis près d’une semaine, est celle de trop. En cause, l’impossibilité soudaine de recharger ses compteurs via mobile money, ce canal ô combien vital quand 75% de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Autrement dit, une véritable catastrophe au quotidien pour des Camerounais déjà touchés de plein fouet par la vie chère et les crises à répétition. Un camouflet supplémentaire que l’opinion publique aura bien du mal à pardonner au concessionnaire historique qu’est Eneo.

Des usagers pris en otage

Car au-delà du trouble technique, ce sont surtout le silence coupable et le mépris d’Eneo à l’endroit de ses usagers qui hérissent le poil. Pour seule communication face au désarroi généralisé : un maigre communiqué évasif évoquant de « légères perturbations » en cours de résolution.

Pas un mot en revanche sur l’origine réelle de la panne, à savoir le détournement massif de fonds par piratage dont Eneo a été victime. Comme si les abonnés camerounais devaient se contenter des miettes d’une communication au compte-gouttes, alors même que leurs vies sont impactées au quotidien.

Une fracture abyssale et un ras-le-bol généralisé

À l’arrivée, Eneo récolte ce qu’elle a semé pendant des années face à des usagers méprisés : une défiance absolue et un ras-le-bol généralisé. Entre services low-cost émaillés de scandales en tous genres et relation-client désastreuse, le fossé semble aujourd’hui impossible à combler avec des Camerounais excédés.

Au point que la moindre étincelle, comme cette énième panne aux airs de scandale financier, menace de mettre le feu aux poudres. Jusqu’où la patience des abonnés sera-t-elle mise à l’épreuve avant le chaos ? La balle est plus que jamais dans le camp du concessionnaire Eneo pour éviter le pire…

Par Francis Tagne pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *