Eglise catholique: La préparation du 2e synode africain au centre des travaux de la Conférence épiscopale

Les évêques ont entamé les travaux de la 34e assemblée plénière de leur Conférence hier à Yaoundé. Les évêques du Cameroun sont réunis depuis hier à Yaoundé. C??est à la faveur de la 34e assemblée plénière du Conseil épiscopal national. Pour cette rencontre annuelle, placée sous le signe du renforcement du sacerdoce, les travaux porteront entre autres sur la préparation

de la rencontre des évêques qui aura lieu en octobre prochain à Rome, sur le thème : « l??Eglise au service de la réconciliation, de la justice et de la paix ». Pour Mgr Victor Tonye Bakot, président de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun, « la paix dont parle le thème du deuxième synode est un don de Dieu que le Christ apporte au Monde. Une paix grâce à laquelle le monde vivra une vraie solidarité, un vrai partage, le vrai amour. Quant à la justice, elle promeut une vraie charité et permet à chacun de vivre en harmonie avec son frère». Des thèmes très actuels, dans un contexte africain marqués par les conflits et les guerres. Durant ces assises qui prennent fin le 28 mai prochain, les huit évêques qui représenteront le Cameroun à Rome seront préparés, dans le cadre des interventions qu??ils auront à y faire. Au cours de la cérémonie d??ouverture, Mgr Antonio Eliséo Ariotti, nonce apostolique, a tenu à féliciter et à remercier tout le peuple camerounais pour l??accueil réservé au pape Benoît XVI, lors de sa récente visite au Cameroun. Il a également profité de cette occasion pour inviter les évêques à mettre en pratique le message du saint père, en accord avec l??année sacerdotale qu??il a lancée pour le 150e anniversaire de la mort du saint curé d??Asse. «J??ai invité les personnes consacrées à ??uvrer dans la fidélité du sacerdoce, la conduite morale, la gestion des biens ecclésiastiques, le respect de l??autorité », a précisé le nonce apostolique. Les travaux de cette 34è plénière donneront aussi l??occasion aux évêques ainsi réunis de discuter du protocole de Maputo et ce n??est qu??après que l??Eglise catholique au Cameroun donnera sa position sur ce texte relatif aux droits de la femme africaine.
Jocelyne NDOUYOU-MOULIOM, Cameroun Tribune

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *