Douala, PK12 : Une adolescente se suicide avec l’arme de son géniteur

Serges Olivier de Pouma

En attendant le résultat des enquêtes, plusieurs versions se chevauchent sur les circonstances de ce drame.

La fille du colonel Serges Olivier de Pouma, la nommée Christine, élève en classe de première anglophone au collège Duval, s’est donné la mort le jeudi 20 mai 2021, jour de la célébration de l’unité nationale. Le drame s’est produit à PK12, un quartier périphérique de la ville de Douala. Elle s’est tirée une balle dans la tête avec l’arme de son père, après avoir été surprise par sa mère alors qu’elle allait donner la nourriture à son petit ami.

D’après une source familiale, sur ces entrefaites, la maman aurait copieusement sermonné sa fille tout en lui intimant l’ordre de rebrousser chemin. Car pour elle, sa fille aurait dû plutôt inviter son ami à venir manger à la maison. Une fois à la maison il se peut que la maman a également découvert dans le téléphone de sa fille des messages pas très catholiques, que sa fille a échangé avec son petit ami. Elle a immédiatement informé le père de l’enfant de la situation. Vraisemblablement Christine qui a très mal pris la réaction acariâtre de sa mère, est allée chercher l’arme dans la chambre de son père pour se donner la mort.

Cependant une autre version sur les circonstances du drame fait état de ce que la jeune Christine se serait donnée la mort suite à une déception amoureuse. « C’est encore une affaire de déception amoureuse qui a ôté la vie à une jeune fille de 17 ans. Christine Ngo Jock, ne pouvant pas contenir son chagrin d’amour, a pris la décision d’en finir avec la vie » relate un confrère qui était sur le lieu du drame. Selon quelques sources plus ou moins crédible, elle est rentrée au domicile parental à PK12, a saisi l’arme de son père dans la chambre et s’est tirée une balle dans la tête.

Mais, on a l’impression que derrière ce suicide se cache quelque chose de plus intéressant et sérieux. Espérons que le fin limier de la police judiciaire saura démêler l’écheveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *