Déstabilisation : le Nigeria remet en question l’accord de Greentree qui a restitué Bakassi au Cameroun

Accord de Greentree entre le Nigeria et le Cameroun sur Bakassi

18 ans après sa signature, la volte-face du Nigéria au sujet desdits accords, en ce moment où le Cameroun est en proie aux mouvements sécessionnistes ne semble pas être fait du hasard.

Pour les faits, il faut dire que le 18 août dernier le gouverneur de l’Etat de Cross River a demandé au Président nigérian, Muhammadu Buhari, de récupérer la péninsule de Bakassi au Cameroun. Cette requête faisait suite à une visite des autorités de l’Etat de Cross River, ce jour dans la zone frontalière de Bakassi. Selon ses autorités, le gouvernement camerounais a délaissé les habitants résidant à Bakissi. Par ailleurs ils estiment que depuis que cette zone a été rétrocédée au Cameroun, rien n’a été fait pour son développement, pire encore les choses semblent avoir plutôt reculé.

Des déclarations qui sonnent beaucoup plus comme un fallacieux prétexte, d’autant plus qu’ils savent que Bakassi fait partie des territoires camerounaises du NOSO (Nord-Ouest et Sud-Ouest), où sévissent les guerres, et toute sortes d’exactions et de crimes. Dans un tel contexte, est ce qu’il est judicieux de reprocher au Cameroun de n’avoir pas implémenter le développement dans cette localité ? Vraisemblablement, le Nigéria ou l’Etat de Cross River, a trouvé en la rébellion de certains camerounais de la zone anglaise, une faille pour s’accaparer de cette péninsule qu’ils ont jadis perdu devant la Cours Internationale de la Justice.

Pour mémoire, en 2002 le Cameroun à l’issue d’un long et périlleux contentieux judiciaire avec le Nigéria voisin, au sujet de la presqu’île de Bakassi, obtient enfin gain de cause. En effet, le 10 octobre de cette année-là, la Cour Internationale, de Justice de la Haye au Pays-Bas, rendait le verdict en faveur du Cameroun, matérialisé par ce qu’on avait alors baptisé ‘’les accords de Greentree’’. Dès cet instant, la souveraineté du territoire revenait de facto au Cameroun. L’accord ordonnait à l’armée nigériane de se retirer de la péninsule de Bakassi avant, le 14 août 2008. Avouer vaincu, le 12 juin 2006, l’Etat nigérian accepte de rendre Bakassi au Cameroun, et tout se passa sans soulèvement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *