Dans exactement six semaines, Boko Haram ne sera plus qu’un mauvais souvenir

Le Nigeria a affirmé lundi que toutes les bases de Boko Haram sur son sol seraient démantelées dans six semaines.[pagebreak] Une très mauvaise nouvelle pour les fans de Boko Haram dissimulés du Cameroun au Nigéria en passant par le Tchad ou le Niger…
«Tous les camps connus de Boko Haram seront balayés» dans le nord-est du Nigeria, a déclaré Sambo Dasuki, conseiller à la sécurité du président nigérian Goodluck Jonathan. Ce dernier a obtenu de la commission électorale un report de six semaines des élections présidentielle et législatives.
Ces scrutins, initialement prévus le 14 février, ont été repoussés au 28 mars, une date qui «ne sera pas changée à nouveau». Selon M. Dasuki, ce délai sera mis à profit par les troupes du Nigeria et des pays voisins pour mener à bien l’offensive en cours contre le groupe islamiste armé, qui tient pourtant en échec l’armée nigériane depuis 2009 et qui a proclamé un «califat» sur les larges territoires qu’il contrôle dans le nord-est.

«Votre alliance ne mènera à rien»
Le Tchad, le Niger, le Nigeria, le Cameroun et le Bénin se sont mis d’accord samedi pour mobiliser 8 700 hommes – soit 1 200 de plus qu’initialement annoncé – dans une force multinationale de lutte contre Boko Haram. Le Tchad a lui déjà lancé ses troupes dans la bataille dans le nord-est du Nigeria. L’Assemblée nationale nigérienne devait approuver lundi après-midi l’engagement de ses troupes dans cette offensive.
Dans une nouvelle vidéo diffusée lundi, le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, a ironisé sur cette coalition militaire régionale, lui promettant la défaite quels que soient ses effectifs. «Votre alliance ne mènera à rien. Rassemblez toutes vos armes et affrontez-nous. Vous êtes les bienvenus!», a-t-il lancé dans cette vidéo de 28 minutes publiée avec deux autres films sur le site de partage YouTube.

Des cadavres de combattants aperçus
Lundi, pour la troisième fois en quatre jours, les combattants de Boko Haram ont mené une attaque d’envergure dans la ville de Diffa (sud-est du Niger). A l’aube, ils ont tenté de prendre d’assaut la prison civile de la ville, vraisemblablement pour faire évader des insurgés, d’après des sources humanitaires.
«L’attaque a échoué. Les assaillants ont été assez facilement repoussés», a affirmé une de ces sources. Un résident a indiqué avoir vu «des cadavres de combattants de Boko Haram», sans avoir pu les compter. Selon lui, l’armée était déployée dans la ville, à la recherche d’assaillants en fuite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *