Cybercriminalité au Cameroun : Les députés traquent les faussaires

Les parlementaires ont participé à un séminaire de formation mardi dans ce sens.Les membres du réseau des parlementaires de la protection des droits de l??Homme et de la cybersécurité de l??Assemblée nationale sont fermes. Ils soutiennent qu??il faut réduire de 80% les effets néfastes de la cybercriminalité sur l??économie du pays. Et, ils sont unanimes pour affirmer que cela ne peut se faire que par la sensibilisation. Pour être plus outillés, ils ont participé à un atelier de sensibilisation de deux jours, mardi et mercredis derniers, sur la cybercriminalité et le renforcement de la cybercriminalité qui s??est achevée hier à l??hémicycle de Ngoa

Ekellé. Les conséquences de la cybercriminalité sont déjà répertoriées dans notre pays. Le site des services du Premier ministre, les sites de la Douanes, ceux de Cameroon tribune, de l??université de Yaoundé I et du ministère des Domaines et des Affaires foncières ont d??ailleurs été attaqués. D??après, vice-Premier ministre, ministre de la Justice, Amadou Ali, les cybercriminels ont créé le site web frauduleux du gouvernement sur lesquels ils publient les faux appels d??offres. Sur le site web www.alibaba.com, ces criminels de la toile proposent la vente des oiseaux ou des produits agricoles aux internautes du monde d??entier. En dehors ces quelques faits répertoriés par le Minjustice, ces faussaires procèdent également par l??arnaque, le piratage des boîtes électroniques en la fabrication des faux logiciels pour permettre de contrefaire les cartes bancaires et pénétrer dans les réseaux privés ou publics pour agir comme des propriétaires du système. Notion large qui regroupe les infractions pénales, la cybercriminalité coûte, selon Symantec Mac Afee, un fabricant d??antivirus, plus de 1000 milliard de dollars chaque année aux Etats dans le monde.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *