Crise de l’éducation au Cameroun: Suspension des Doctorats

cycle de doctorat

Dans une décision qui a fait l’objet de beaucoup de controverses, le gouvernement du Cameroun a choisi de suspendre les sélections pour le cycle de doctorat pour l’année académique 2023/2024. Cette mesure, selon le gouvernement, vise à remédier à la mauvaise soutenabilité financière du coût de formation dans ce cycle d’études. Toutefois, cette décision laisse un grand nombre d’étudiants et d’universités dans l’incertitude.

Un ordre soudain et inattendu

Le 17 juillet 2023, le chancelier des ordres académiques, Jacques Fame Ndongo, a adressé une lettre aux recteurs des universités d’Etat qui forment au doctorat/Ph.D. Cette lettre, presque identique à celle du Premier ministre, ordonne la suspension des sélections pour le cycle de doctorat. Cette décision serait une répercussion des instructions du Premier ministre, qui a l’intention de mettre fin au phénomène du préfinancement des soutenances par les étudiants dans les Universités d’Etat.

Des questions en suspens

Cette décision laisse un grand nombre d’étudiants actuellement inscrits dans une situation difficile. Pour certains, qui attendent de soutenir leur thèse, leur avenir dépend maintenant d’un rapport que chaque institution doit soumettre. Jacques Fame Ndongo attend de chaque recteur qu’il lui présente la capacité d’encadrement en cycle doctoral de son institution, le coût de la tenue des jurys de soutenance de thèse, et d’autres informations clés. L’absence de ces informations pourrait rendre difficile la reprise des sélections en thèse de doctorat/Ph.D.

Le débat sur le préfinancement

Le préfinancement des soutenances par les candidats est un sujet de préoccupation majeur qui a fait grand bruit. Malgré les affirmations de certains enseignants, les étudiants ont avancé des montants standardisés et ont disserté sur le mode opératoire, selon les universités concernées. Dans le système actuel, les étudiants payaient pour anticiper la soutenance et les universités repayaient après. Cependant, de nombreux étudiants estiment que leur argent disparaît dans des circuits maffieux ou du moins informels.

Conséquences de la suspension

La suspension du recrutement des thésards, même pour une seule année académique, suscite le mécontentement. Dans un pays où l’emploi est rare, de nombreux étudiants trompent le chômage en se consacrant à la recherche. Certains ont exprimé leur crainte que cette décision ne pousse le Cameroun vers le sous-développement intellectuel. « Désormais, les plus diplômés de la génération à venir seront les titulaires de Master II », déclare un étudiant.

Un appel à l’action

Pour plus d’informations sur cette situation en constante évolution, restez connecté à 237online.com. Cette plateforme d’information en ligne reste votre source de confiance pour les dernières nouvelles et analyses sur l’éducation supérieure au Cameroun.

Ndongo Nguema, 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *