Société

Crise anglophone: après Mancho Bibixy, Paul Abine appelle à la réouverture des écoles

L’avocat Ayah Paul Abine, ancien candidat à la présidence, a convenu avec le leader de la ‘révolution Coffin’, Mancho Bibixy Tse, qu’il n’y avait pas de plus noble cause que de faire campagne pour que les enfants retournent à l’école.

L’ancien député du RDPC a fait une sortie sur Facebook le lundi 8 juillet 2019 pour joindre sa voix à celle de Mancho emprisonné.

« Mancho Bibixy avait lancé une campagne en faveur du retour à l’école des enfants en septembre prochain. Il ne peut y avoir de cause plus noble! MAIS il reste un motif de préoccupation majeur.

Il est vrai que des images d’enfants braqués à l’école dans plusieurs pays déchirés par la guerre, notamment en Syrie, ont été vus. En outre, il est de notoriété publique que nous sommes ce que nous sommes aujourd’hui, principalement en raison de l’acquisition de connaissances issues de l’éducation formelle. Par conséquent, même les plus malhonnêtes ne douteraient pas que l’éducation formelle est primordiale pour la réussite dans la vie.

Il est inévitable que des biens soient détruits à chaque guerre. Même des établissements tels que des hôpitaux, des orphelinats et des églises sont parfois détruits. Mais une telle destruction est fortuite: elle est accidentelle (non intentionnelle). Les conséquences de tels accidents sont généralement appelées dommages collatéraux. Un autre objectif était prévu, mais il en a résulté des conséquences indésirables.

« Ce n’est cependant pas le cas de la guerre anglophone où des maisons sont délibérément rasées (…), ce qui entraîne, dans plusieurs cas, des villages entiers effacés de la surface de la terre! Ce n’est pas le cas ici Les écoles sont attaquées et / ou incendiées à dessein! Ce n’est pas le cas ici où les blessés sont extraits des hôpitaux et mis à mort par des exécutions extrajudiciaires en toute impunité! et tué!

« Ce qui est de plus et pire encore, les principales personnes visées ici sont les jeunes. Personne ne sait que même des bébés ont été abattus dans leur sommeil. Inutile de parler de jeune homme vu en mouvement!

« Face à cette insécurité persistante, où et comment l’enfant est-il en sécurité? On oserait dire qu’en l’absence d’une trêve officielle et d’une démonstration concrète de la valorisation officielle des vies humaines, en particulier des vies humaines d’Amba, retourner à l’école, c’est comme inviter à oser la mort !!! Le gouvernement doit faire beaucoup plus !!!

« En dernière analyse, c’est donc à chaque parent d’évaluer la sécurité de ses enfants à l’école et de prendre les décisions qui s’imposent. Ce que certains se disputaient jadis, c’est que les autorités d’Amba ont imposé un embargo général aux enfants scolarisés. l’embargo ayant été levé, on oserait affirmer que la participation n’est peut-être pas une résolution collective, la sécurité demeurant un enjeu majeur.

« On ne nous voit peut-être pas attirer les enfants innocents des gens dans des circonstances dangereuses: tuer pour le plaisir! Rendre les cibles molles encore plus douces! »

Mancho Bibixy fait toutefois valoir que si les enfants sont en sécurité lors d’autres activités non scolaires, ils devraient l’être également à l’école.

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer