Société

COVID-19 : La contamination s’accélère au Cameroun

D’après les derniers chiffres du gouvernement, qui appelle au respect strict des mesures barrières, 105 décès ont été enregistrés sur l’ensemble du territoire depuis le 23 décembre dernier, et le nombre de personnes hospitalisées est en augmentation.

L’information est alarmante. La pandémie à Coronavirus (Covid-19) a repris au Cameroun avec une ampleur inquiétante. En l’espace de huit semaines, près de 10 000 nouveaux cas de contamination ont été enregistrés sur l’ensemble du territoire. « Le Cameroun est passé de 25 738 cas positifs à la date du 23 décembre 2020 à 35 714 cas confirmés de Covid-19 au 25 février 2021, soit une augmentation de 9 976 nouveaux cas positifs dans notre pays, en l’espace de deux mois et deux jours », a annoncé le ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi, lors d’une conférence de presse donnée hier à Yaoundé, en compagnie de ses collègues Manaouda Malachie de la Santé publique, et Martin Mbarga Nguele, de la Sécurité nationale.

Dans les détails, l’on note qu’au 25 février 2021, le Cameroun compte officiellement 35 714 cas confirmés de Covid-19, depuis la survenue de la pandémie, le 6 mars 2020 dans le pays. Quelque 32 594 personnes ont été guéries de la maladie, alors que 551 personnes en sont déjà mortes. Au final, 2 672 personnes sont dans le lot des cas actifs et parmi elles, 228 sont sous traitement dans les unités de prise en charge, et 53 sont sous assistance respiratoire.

Lire aussi
Pour n’avoir pas reçu de cadeau de la saint valentin, elle refuse d’entretenir des relations avec son époux et subit un viol conjugal

Le nombre de décès a également cru au Cameroun. Au 23 décembre dernier, le Cameroun enregistrait un total de 446 décès. Ce nombre a augmenté pour se situer au 25 février à 551 décès, soit un record de 105 morts en huit semaines. De même, le gouvernement relève une augmentation substantielle du nombre de patients sous assistance respiratoire, et de façon générale, du nombre de cas d’hospitalisation, de plus en plus élevé. « Toutes choses qui montrent une croissance de jour en jour, de la courbe des données statistiques publiées hebdomadairement par le ministre de la Santé publique et constituent aujourd’hui une réelle préoccupation pour le gouvernement, ainsi que pour l’ensemble des équipes chargées de la mise en œuvre de la Stratégie nationale de riposte contre le Covid-19 », a souligné le Mincom.

Sensibilisation

Ces données gouvernementales viennent en tout cas confirmer les informations contenues dans différentes alertes lancées par des Camerounais sur les réseaux sociaux et au sein de l’opinion depuis près de deux semaines. Pour ce qui le concerne, le gouvernement camerounais en appelle à davantage de vigilance de la part des populations. L’évaluation de la situation ces derniers temps, qui révèle un regain d’expansion de la contamination, requiert une plus grande sensibilisation afin que soient respectées les mesures barrières édictées lors de la survenue de la pandémie, il y a un an dans le pays.

Lire aussi
Crise anglophone : Field Marshal exécute publiquement quatre chefs de village dans le Lebialem

La conférence de presse de ce lundi 1er mars 2021 avait donc pour principal objectif « d’interpeller nos concitoyennes et nos concitoyens sur les graves conséquences que charrient l’indiscipline et une certaine illusion, véhiculée çà et là, tendant à minorer la présence pourtant encore suffisamment pernicieuse de la pandémie du coronavirus dans notre pays », a affirmé René Emmanuel Sadi. Le membre du gouvernement a suffisamment été clair sur le caractère indiscipliné de millions de camerounais, qui refusent de respecter les mesures barrières édictées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Quoi qu’il en soit, des décisions pourraient être prises dans les prochains jours ou prochaines semaines, selon que la situation s’aggravera ou aura tendance à se calmer. Le ministre de la Santé publique est quant à lui presque certain qu’à cette allure, le gouvernement sera obligé de décréter un nouveau confinement, pour stopper ou ralentir la menace.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page