CORONAVIRUS AU CAMEROON
Confirmés
6585
Actifs
2709
Guéris
3676
Décès
200
Source : MINSANTE Cameroun -
Mise à jour : 3 juin 2020
Afrique

Côte d'Ivoire : Le chanteur Bebi Philip proche de la mort

Le chanteur a répondu au pasteur qui a prédit son décès.

Deux grandes étapes marquent la vie de l’homme : la naissance et la mort. Nul n’est donc éternel, et est appelé à quitté la terre tôt ou tard. Cette étape se produirait, dans un futur proche, chez le célèbre artiste ivoirien Bebi Philip. Selon un de ses compatriotes pasteur de profession, l’auteur de l’album “Abidjan Gasoil” ne serait plus des nôtres dans un futur proche. Nommé David Aimé, l’homme d’église affirme que Philip s’en ira très bientôt. C’est par ailleurs lui-aussi qui avait fait la promesse de la résurrection de Dj Arafat décédé il y’a moins d’un an.

Suite à cette affirmation, Philip s’est dit quiet. Il a posté une vidéo sur son compte Facebook ou il déclare être pépère : “Il y’a un pasteur qui a annoncé que moi Bebi Philip, je vais mourir en juillet 2020. Qu’il s’interroge lui même si cette révélation vient de Dieu ou du diable parce que moi, je vivrai. J’essaie le plus possible de marcher selon les voies de Dieu. Et ça, c’est ma vie. Chacun a sa façon à lui de vivre sa foi“, a-t-il dit.

Le chanteur pense qu’accorder de l’attention aux déclarations de cette homme est inutile, surtout qu’il avait annoncé faire revenir Dj Arafat parmi nous. Chose qu’il n’avait pas faite. Pour lui, ce pasteur veut juste se rendre intéressant : “A partir du moment ou une personne dit avoir une mission que Dieu lui a confiée, et puis la mission ne se réalise pas, c’est que ça ne vient pas de Dieu. A partir de ce moment là, on ne doit même plus calculer la personne. Nous, on ne cherche pas buzz pour être au top. Et puis, je ne fais pas médicament. Regardez mes doigts, il n’y’a rien. Tout se passe dans la tète“, a-t-il déclaré .

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer