CORONAVIRUS AU CAMEROON
Confirmés
5436
Actifs
3265
Guéris
1996
Décès
175
Source : MINSANTE Cameroun -
Mise à jour : 26 mai 2020
Société

Coronavirus: Indiscipline sur mesure au Cameroun

Et puisqu’il faut le redire, disons qu’à l’instar du monde entier, le Cameroun est exposé au Covid 19 ; de même, à l’instar du monde entier, le nombre de victimes va tous les jours croissant, autant que de sombres présages s’amoncèlent sur nos têtes, sur le pire et le pic qui se profilent à l’horizon.

Il ne s’agit donc pas de céder à la peur qui fait déjà par elle-même bien de victimes. De même, n’est-il pas besoin de cloner l’Italie, pays où la police est désormais mise à contribution pour aider les citoyens à survivre. Une chose est sûre, l’exception camerounaise pourrait, ce coup-ci, prendre le sens d’un naufrage collectif, si l’on considère la relation du commun de nos compatriotes avec les 13 mesures indiquées par le gouvernement pour la sécurité collective.

Passons sur ceux des compatriotes, récemment revenus au pays, et qui ont cru bon se libérer de la nasse des hôtels d’observation, avec la complicité des forces de l’ordre affectées à leur encadrement, des familles et des hôteliers, au motif qu’ils sont trop beaux pour ces tortures nègres. La note de frais ne tardera pas, juste quelques jours et nous serons tous couronnés des joies du corona pour ces marques de franchise démocratique. L’on peut également tenir pour résiduel le comportement des transporteurs à moto ou en voiture, en ce qui concerne les surcharges ; puisque les propriétaires n’ont pas revu à la baisse la recette quotidienne, eux aussi conservent les mêmes habitudes ; on s’entasse les uns sur les autres, souverainement ;
celui qui ne veut pas laisse. Mêmes libertés dans les bars et les marchés, chacun n’en fait qu’à sa tête. L’on continue de s’aimer plus que jamais ; l’on s’embrasse en se gaussant de l’interdiction de saluer ou de se frotter. Le masque reste l’exception.

Lire aussi
Coronavirus: Attention aux « recettes du village »

On ne dira rien aujourd’hui sur ceux qui jouent avec le prix des produits de première nécessité pour mieux tirer avantage de la fragilité des frères. Silence également sur ces officiels qui continuent de convoquer des cérémonies publiques, comme si le confinement était une affaire exclusive des Camerounais d’en bas. Une chose est sûre, si le Covid 19 était un examen de passage dans la civilisation, le Cameroun aurait échoué avec fracas. Cela n’est pas sans rappeler un papier récemment commis par un illustre confrère sur la dictature qui sévit au Cameroun. Oui, il y a incontestablement dictature au Cameroun, mais non celle d’un pouvoir victime de sa volonté d’ouverture, sous le nom très savant de administrative, tolérance moyennant quoi, il est débordé de toute part, mais celle d’une indiscipline rampante et systémique, où l’on ne sait plus ce qui est de la liberté privée de ce qui relève des obligations de la survie collective.

Lire aussi
Lutte contre le Covid-19: Atanga Nji confisque les fonds de Kamto

Assurément, le Cameroun est vraiment le Cameroun, autant que le Covid 19 se soigne ici avec tout, l’eau des pluies, la salive du chat, la sueur du porc ou les feuilles de tomate. A l’heure du jugement dernier, l’on se souviendra de nous comme d’une race espiègle qui s’est cru trop intelligente pour se jouer de tout et de tout le monde pour le plus grand carnage de notre jeune histoire ; puis, prions que les survivants prennent de la graine pour des lendemains meilleurs. Bonne chance aux chanceux !

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer