Sport

Can Cameroun 2021 : Du bouillon d’antilopes à la table des Lions indomptables

Cueillie à froid par une sélection éthiopienne déterminée à se remettre en selle, la sélection nationale fanion a puisé dans l’effort collectif pour remettre les pendules à l’heure et porter l’estocade en validant royalement son ticket qualificatif pour les 1/8e de finale (4-1).

Leader du Groupe A avec six points, le Cameroun croise le fer lundi prochain avec le Cap-Vert, battu par le Burkina Faso hier jeudi 13 janvier. Le carré des supporters éthiopiens est en larmes. Les jolies supportrices vêtues aux couleurs de la sélection nationale, sont inconsolables. Noyées dans un standing ovation offerte en l’honneur des Lions indomptables, elles ont du mal à digérer cette deuxième défaite d’affilée. Bouffées lors de la première journée par les Requins bleus du Cap-Vert, les Antilopes n’imaginaient pas périr dans la fosse aux Lions lors de la deuxième journée. Entre déception, découragement et désespoir, les fans de l’Ethiopie viennent de vivre un véritable massacre de leur équipe chérie sur la pelouse du stade d’Olembé. Quatre coups de griffes ont suffi pour doucher les espoirs d’un adversaire qui n’a pas voulu aborder la rencontre en victime résignée.
D’ailleurs, ce sont bien les Éthiopiens qui ont mordu les premiers, après à peine quatre minutes de jeu. La défense camerounaise confiée cette fois au duo Ngadeu-Castelleto, s’est laissée prendre de vitesse et Dawa Hotessa profitant d’un centre à raz-de terre a ouvert le score (4e). Comme dans un cauchemar qui se répète, les Lions indomptables, victimes du même scénario face au Burkina Faso, encaisse le premier but.

Deux matchs, 6/6

De quoi plonger dans l’inquiétude, le maigre public présent dans des gradins clairsemés d’Olembé. Piqué dans son honneur, le Cameroun ne perd pas de temps pour sonner la révolte. Idéalement placé au second poteau, Karl Toko Ekambi, sur un centre de Fai Collins, remet les pendules à l’heure d’une tête impeccable (8e). Muet lors de la Can 2017, durant laquelle il était plus une solution de rechange, l’attaquant de l’Olympique lyonnais est aux anges. Insatiable, il va passer à côté d’un second but avant la pause.

Mais sa tête s’écrase sur l’arête de la cage de Teklemariam Shanko, le portier éthiopien (40e). Quelques minutes plus tôt, l’Ethiopie, très entreprenante, va manquer de peu de reprendre les commandes, quand le buteur Dawa Hotessa rate sa reprise face au but alors qu’André Onana avait repoussé plein axe un tir de Amanuel Gebremichael (24e). L’espoir des Walya ne fera pas fait long feu en seconde période. Fai Collins, encore lui, délivre un nouveau centre parfait, et cette fois, c’est Vincent Aboubakar qui place une reprise victorieuse de la tête (53e). Acclamé par le public, le capitaine remet ça dans la foulée en coupant du bout du pied une offrande de Nicolas Moumi Ngamaleu (55e).

Dans une liesse indescriptible, le public chante à la gloire des Lions indomptables. Convaincus que la qualification pour les 1/8e finales est acquise, les spectateurs sont au bord de l’hystérie. Et pour rendre la fête plus belle, Karl Toko-Ekambi, en quasi solitaire, va inscrire le quatrième but (67e). La messe est dite et les carottes cuites pour les Ethiopiens. Carton plein donc pour le Cameroun, avec deux victoires et six buts marqués dans cette Can. Avant même leur dernier match du groupe A contre le Cap-Vert le 17 janvier, Aboubakar et ses camarades ont déjà leur passeport dans la poche.

Christian TCHAPMI / 237online.com

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page