Camerounais retrouvé pendu à Dubaï : l’ombre d’un homicide plane

Mort a dubai

Un ressortissant camerounais établi à Dubaï a été découvert mort, pendu au bout d’une corde dans sa salle de bain. Si les autorités privilégient pour l’heure la piste du suicide, plusieurs éléments troublants laissent planer le doute sur les circonstances exactes du décès. Selon des témoignages recueillis par 237online.com, la victime était en conflit avec un individu qui lui aurait extorqué 8000 dirhams, soit près de 2200 dollars, en échange d’un visa de résident. Une affaire qui pourrait être liée à ce drame qui endeuille la communauté camerounaise des Émirats.

Un décès suspect qui soulève des questions

Lorsque les secours ont découvert le corps sans vie de ce Camerounais, pendu dans sa propre salle de bain, le choc a été immense. Très vite, l’hypothèse d’un suicide a été avancée par les enquêteurs. Une version accréditée par le mode opératoire et l’absence apparente de signes de lutte ou d’effraction dans l’appartement de la victime.

Pourtant, plusieurs proches du défunt ont rapidement fait part de leurs doutes sur les réseaux sociaux. Pour eux, la thèse du suicide ne tient pas. « La position du corps, suspendu au bout de cette corde, paraît vraiment suspecte », confie sous couvert d’anonymat un ami de la victime à 237online.com. « On a du mal à imaginer qu’il ait pu mettre fin à ses jours de cette manière ».

Un conflit financier qui intrigue les enquêteurs

Car selon plusieurs témoignages concordants, ce Camerounais était depuis quelques temps en conflit ouvert avec un individu à Dubaï. En cause : une sombre affaire de visa qui aurait mal tourné. L’homme en question aurait en effet extorqué 8000 dirhams, soit l’équivalent de 2200 dollars, à la victime. En échange de cette somme rondelette, il s’était engagé à lui fournir un précieux visa de résident.

Mais l’individu se serait volatilisé dans la nature avec l’argent, laissant notre malheureux compatriote sans le sou et sans papiers. Un « deal » qui avait viré au cauchemar pour ce Camerounais, contraint de multiplier les petits boulots dans la grande mégalopole émiratie pour survivre. Un contexte qui intrigue les enquêteurs, qui cherchent à déterminer si ce contentieux a pu jouer un rôle dans le décès.

La communauté camerounaise de Dubaï sous le choc

Au sein de la diaspora camerounaise de Dubaï, c’est la consternation. Beaucoup peinent encore à croire au suicide de cet homme décrit comme « solaire et plein d’entrain » par ses proches. « C’était quelqu’un qui adorait la vie, toujours positif malgré les galères. Il avait plein de projets en tête, ça n’a aucun sens qu’il ait pu mettre fin à ses jours comme ça », s’insurge un membre de la communauté.

Reste qu’au-delà de ce drame, c’est la situation souvent précaire des travailleurs immigrés à Dubaï qui se trouve une nouvelle fois pointée du doigt. Dans cette ville de tous les superlatifs, beaucoup viennent tenter leur chance au péril de leur vie, réduits à accepter les conditions de travail les plus extrêmes pour espérer décrocher un hypothétique visa doré. Une réalité crue qui contraste avec l’image de carte postale de cet émirat clinquant.

Les autorités appelées à faire toute la lumière

Face à cette tragédie qui soulève plus de questions qu’elle n’apporte de réponses, les autorités émiraties sont vivement appelées à mener une enquête approfondie. C’est tout le sens de la requête formulée par de nombreux compatriotes auprès de l’ambassade du Cameroun aux Émirats, qui a promis de suivre le dossier de près.

Car si la piste du suicide reste pour l’heure privilégiée, trop de zones d’ombre entourent encore ce dossier pour exclure toute autre hypothèse. Seule une investigation minutieuse, explorant toutes les pistes y compris celles menant à un possible homicide, permettra d’établir la vérité et de rendre justice à ce Camerounais mort tragiquement loin des siens. Une vérité que famille, proches et communauté camerounaise attendent désormais avec impatience et détermination.

Par Évariste Tchemfack pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *