Société

Cameroun – Yaoundé: Un parfum de poubelle envahit le marché Acacias

Moins de deux semaines après le lancement de l’opération « ville propre », par la ministre de l’Habitat et du développement urbain, Célestine Ketcha Courtes, cette commune est à nouveau le théâtre des tas d’immondices.

Quartier Biyem-Assi Acacias en plein cœur de la commune de Yaoundé VI. A quelques encablures de l’immeuble abritant l’hôtel de ville, le constat est triste. Des ordures longent le mur. Elles sont déversées au quotidien par les commerçants et les populations avoisinantes. Des papiers par-ci, des bouteilles et des épluchures de fruits par-là, des coquilles d’œuf et bien d’autres déchets plus loin, voilà le décor que présente le marché Acacias dans l’arrondissement de Yaoundé VI, au lieu-dit BiyemAssi Ecole. Des petites mares d’eaux stagnantes sont visibles autour du bac à ordures. Ces petites flaques d’eau dégagent une odeur désagréable. L’odeur infectée qui résulte de cet endroit oblige les passants à se boucher les narines. Les déchets qui se décomposent dégagent une odeur pestilente de gaz toxiques tels que le dioxyde de carbone, qui bloque la respiration. « Quand il fait chaud, personne ne respire ici à cause de la poubelle», se plaint une tenancière du shopping.

Fabien Edong, enseignant renchérit : «On ne sait pas pourquoi, le Maire n’arrive pas à se débarrasser de ces ordures pourtant nous payons nos impôts ». La situation empire de jours en jours et dure depuis plusieurs mois. Le spectacle est triste et désolant. Jean Calvin Nguene, géographe et spécialiste de l’environnement pense qu’« il y a une contamination permanente et intense des sols qui est à l’origine de nombreuses maladies hydriques.
Le directeur administratif et technique de Louis Pasteur-Labo reconnaît par ailleurs une récurrence des cas de fièvre typhoïde et de dysenterie chez les patients reçus dans son institution. Ainsi les hydrocarbures imbrûlés, le monoxyde de carbone, l’oxyde d’azote, le plomb, la pollution photooxydante de l’ozone ainsi que les poussières des ménages sont à l’origine de la destruction des cellules sanguines et des globules rouges en particulier ».

Lire aussi
Coronavirus : Le Cameroun se prépare au pire

80% des déchets sont inorganiques

Près de 80% des déchets que l’on retrouve dans notre environnement ou dans les bacs à ordures sont des déchets que l’on dit inorganiques, c’est-à-dire non biodégradables. Constitués essentiellement d’emballages plastiques, de verres, de bouteilles abandonnées, de boîtes de conserve, ces types de déchets sont un danger pour notre environnement. Ils sont un danger d’abord par leur présence envahissante et salissante, mais également par la toxicité des gaz qui s’en dégagent pendant leur incinération. Ces gaz constitués en grande partie de monoxyde de carbone, sont à la fois nocifs pour l’organisme et dangereux pour l’équilibre de la température au-dessus de la terre. Ce sont nos comportements qui sont à l’origine du mal. Qui d’entre nous n’a jamais utilisé des plastiques comme emballages ? Qui d’entre nous a souvent réfléchi aux conséquences de cet usage exponentiel du plastique sur notre environnement ?

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page