Sport

Cameroun – Volleyball: Comment Serge Julien Abouem a été humilié

Confiant et déterminé à porter haut les couleurs du Cameroun au Conseil d’administration de la Fédération internationale de volleyball (Fivb), le président de la Fédération camerounaise n’a fait mieux que récolter cinq maigres voix sur 54 que constitue l’électorat.

Les résultats des élections au volley-ball, cette fois-ci, étaient-ils similaires à ceux d’une partie de poker ? Cliquez ici pour le découvrir ! Profitez de la visite pour utiliser les codes promotionnels exclusifs PMU 2020 et gagnez avec plusieurs options de jeu.

Une femme monte au filet et smashe ! Bouchra Hajij, présidente de la Fédération marocaine de volley-ball depuis 2014 est devenue le 25 octobre, la première femme présidente de la Confédération. Elle a obtenu 42 voix contre 12 pour l’indétrônable Am El Wani en poste depuis 2001. Ancienne volleyeuse, l’heureuse élue est la première femme à diriger une fédération de sport collectif au Maroc.

Elle qui cumule ses fonctions de présidente avec la casquette de membre de la Commission de parité de l’Association des Comités nationaux olympiques d’Afrique (Acnoa). La nouvelle patronne de la Cavb est également la première femme africaine à intégrer le bureau de la Fédération internationale de volley-ball (Fivb) dont elle est vice-présidente. A cela s’ajoute son statut de membre de la Commission culture et patrimoine olympique du Comité international olympique (Cio), entre autres. Dans son programme de campagne, Hajij a établi de rehausser le niveau du volley-ball sur le continent.

Le Congrès des 24 et 25 octobre 2020 devait se tenir en Afrique du sud. Mais, à cause de la crise sanitaire à Covid 19 qui fait des ravages dans ce pays, 35 pays sur 54 membres de la Cavb, sous la conduite de Kioni Waikatha, président de la Fédération kényane de volleyball ont écrit à E lwani lui demandant de délocaliser l’événement. C’était là le début de la déstabilisation de l’Egyptien dont la générosité lors des votes directs était devenue légendaire. Dans ce climat où 39 pays soutenaient la candidature de la marocaine, contre 12 pour l’Egyptien et 3 indécis, le vote électronique se présentait comme une fin de règne. D’ailleurs, la directrice de l’une des plus grandes banques du Maroc a réussi à retourner les trois indécis. Le 25 octobre, dès 7h, le président de la Fédération camerounaise de volley-ball, Julien Serges Abouem A Boull soutient du président sortant, a fait un post annonçant le quitus accordé à l’exécutif mené par El Wani.

Lire aussi
Récompense du Chef de l’État aux héros de 90 : Roger Milla est un égoïste

Un Cameroun perdu

Seulement, dans l’après-midi, le quitus a été refusé à ce dernier par 34 électeurs sur 54. Il écrivait alors, « (…) La Fivb vient de clarifier la situation (…) ». Si les textes étaient respectés à la lettre, la candidature d’El wani aurait été annulée. Le président de la Fcvb était-il le seul à comprendre les finances mieux que les autres? Était-ce prudent de s’exposer aussi violemment à l’étranger?

Difficile de répondre à ces préoccupations. Abouem est resté constant dans son choix malgré la météo très orageuse. Une semaine avant les élections, le père de la « Refondation » s’était même proposé comme troisième choix. « Je pense humblement qu’il faut une troisième voix. Celle des réformateurs et dans les jours qui suivent, je me propose d’animer cette troisième voix, qui sera constituée d’idées de présidents qui ne veulent pas se faire enfermer dans l’opposition El Wani/Bouchra. Cette voix sera celle des présidents qui veulent un véritable projet pour l’Afrique ».

L’Afrique avait vu en Majoré Louis Timba, l’alternative pour sortir le volley-ball continental des ténèbres managériales où il est plongé depuis plus de 10 ans. Les voix se sont alors levées pour encourager sa candidature. Et pour y parvenir, il fallait le parrainage de son pays le Cameroun. Le Messager a appris qu’une réunion « familiale » s’est tenue au Minsep entre le ministre des Sports et de l’éducation physique Narcisse Mouelle Kombi, son Secrétaire général ZacheeBenga, Majoré Louis Timba et Julien Serges Abouem A Boull (tous des dignes fils du Nkam Ndlr). Pas de parrainage. Nos sources au Minsep nous font savoir que l’ancien premier Vice-président de Majoré Louis Timba a dit ne pas faire confiance à son oncle. Au sortir de cette rencontre, il était clair que le prochain président de la Cavb ne sera pas camerounais.

Manque d’expérience

De l’autre côté, « Abouem avait pris des engagements pour son intérêt personnel. Entre autres, l’attribution du Tournoi qualificatif aux Jeux olympiques qui était aussi convoité par le Kenya ». Mais aussi, la construction d’un centre sous-régional de développement du volleyball d’où le projet du collège Johnson. Le président de la Fcvb avait annoncé les apports des fonds de la Fivb et de la Cavb. Le troisième point était l’entrée du président de la Fcvb au Conseil d’administration de la Fivb. Pour ce dernier point, il fallait passer par le vote. Le 25 octobre donc, quatre candidats pour trois places se sont signalés : le nigérian Habu Gumel, l’Ivoirien SangaKoni, le Botswanais Daniel Mogaodi et le camerounais Julien Serges Abouem. Sur les 54 électeurs, ils ont obtenu respectivement 41, 35, 18 et 05 voix.

Lire aussi
Cameroun: Mbombo Njoya-Semengue ou l’impossible paix des braves

Une véritable humiliation pour le porte-voix du Cameroun à ce scrutin. On s’attendait qu’il ait au moins les 12 voix d’El Wani. Peine perdue.
Il reste tout au moins la présidence sous-régionale de la Cavb (rotative) qui devrait revenir (logiquement) au Cameroun. Mais du fait de la non élection à la tête de la Fcvb depuis 5 ans, les choses se compliquent. Face à cette situation embarrassante, soit le Gabon va continuer à gérer, soit le Tchad dont le président est vice-président et nouveau leader sous-régional. Selon certaines indiscrétions, personne dans la nouvelle équipe managériale de la Cavb ne ferait confiance au président de la Fcvb que beaucoup trouvent encore inexpérimenté dans l’art de la politique internationale des institutions sportives. Des arguments que battent en brèche l’entourage du concerné joint au téléphone par le Messager. Ici, on parle d’une cabale injustifiée contre « un manager exemplaire, un administrateur compétent aux états de service indiscutable dans le domaine ». Affaire à suivre !

Le bureau du nouvel exécutif de la Cavb

Président : Bouhra Hajij – Morocco

Vice-Présidents
Zone I: Adnan Bakbak– Libya
Zone II: Rodrigues Antonio Carlos – Cape Verde
Zone III: Casimir Sawadogo – Burkina Faso
Zone IV: DokonyAdikerIdriss – Chad
Zone V: Waithaka KIONI – Kenya
Zone VI: Fredreck NDLOVU – Zimbabwe

Présidents de zone

Zone I: Mustapha Lemouchi – Algeria
Zone II: Bai DodouJallow – Gambia
Zone III: Paul ATCHOE – Ghana
Zone IV: Christian MatataShwiti– Congo
Zone V: Fernand Sauveur Ruterana – Rwanda
Zone VI: Khalid Cassam – Mozambique
Zone VII: KayseevenTeeroovengadum– Mauritius

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page