CORONAVIRUS AU CAMEROON
Confirmés
12592
Actifs
2179
Guéris
10100
Décès
313
Source : MINSANTE Cameroun -
Mise à jour : 29 juin 2020
Société

Cameroun: Vers une explosion des cas de patients positifs au Covid-19

C’est en effet la grande inquiétude que génère la décision gouvernementale de rouvrir les établissements scolaires et autres universités au moment où, selon les experts le pays vit une phase dite de contamination massive et communautaire.

« Il est apparu que le nombre de personnes testées positives au Covid-19, a connu une nette augmentation ces dernières semaines… » dixit Joseph Dion Ngute, premier ministre Camerounais, le 29 dernier. Dans une déclaration « spéciale », le chef du gouvernement confirme la décision de la reprise « effective » des cours dans tous les ordres d’enseignements ce lundi 1er juin 2020 en dépit de la montée vertigineuse des cas confirmés de Covid-19 au sein de la population. Une décision qui laisse pantois les scientifiques très avisés et même « toute personne dotée d’un certain sens ». Les réactions ne sont pas faites attendre. « Donc c’est officiel hein ?Vous voulez donc nous tuer ???? Hum », écrit un internaute sur la page Twitter de Crtv Web. A cette date (29 mai), officiellement, on dénombre 5 356 cas confirmés de Covid-19 parmi lesquels 177 décès contre 5 904 cas confirmés et 191 décès au 30 mai 2020. Soit une évolution de plus de 468 cas de nouvelle contagion.

Selon des propos attribués par certains confrères, au Dr MbassaNdine, maire de la capitale économique : « Nous pouvons dire sans exagération que l’heure est grave !» au regard des données chiffrées de l’évaluation du plan de riposte au covid-19 (Douala Stop covid-19). Citant également Dr Jérémie Sollè, Coordonnateur de Douala Stop Covid-19, ils renseignent qu’au 29 mai 2020, 5 642 personnes ont été testées à Douala dont 1 431 (25,36 %) sont positives.

Lire aussi
Lutte contre le covid-19 : L’élan de cœur de l’association “Tous Pour Garoua”

65 personnels de santé se sont infectés (4,54 %), le nombre de décès confirmés au coronavirus 71 (taux de létalité globale 4,26 %). Au plan national, au 31 mai, certaines statistiques affichent nettement au-dessus des 6000 cas. « Il est important de noter que nous entrons dans une phase
compliquée de la pandémie… », relevait Dr Malachie Manaouda, ministre de la Santé publique dans un récent Tweet.

Suicide collectif

« Voilà les conditions dans lesquelles on renvoie nos enfants à l’école », s’insurge un parent pour qui les exemples des pays qui se sont lancés dans la réouverture des écoles devraient inspirés le Cameroun. « Ailleurs, on a observé une baisse de contagion avant de prendre pareille décision » argue-t-il. Beaucoup craignent en effet une propagation de la maladie dans tout le pays surtout que certaines études présentent les enfants comme des « porteurs sains », pouvant transporter la maladie de l’école à la maison. « Si le pays était conscient de l’évolution remarquable de la pandémie, il n’en demeure pas moins qu’il sache que la rentrée des classes du 1er juin est un bon accélérateur de la contagion. Ne nous décimons pas », averti un parent. « Il faut que l’évolution de ces chiffres fassent comprendre aux ministères en charge de l’éducation qu’il est prématuré voire suicidaire d’envoyer les enfants à l’école », renchérit un autre se fondant sur le fait que dans sa déclaration, le Premier ministre reconnait que : « Cette évolution est due, entre autres, au relâchement dans le respect des gestes barrières, et à une certaine indiscipline observée chez plusieurs de nos concitoyens ».

Lire aussi
COVID-19 : Une cabale contre l’honorable Ali BACHIR

« Instruit l’enfant selon la vois qu’il doit suivre ; Et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas », dit la Bible. Dans la riposte contre la Covid-19 à travers le respect des mesures barrières, de nombreux parents ne prêchent pas l’exemple. Comment attendre autre chose de leurs rejetons ? Par ailleurs, contrairement à l’idée répandue selon laquelle la pandémie tue davantage les personnes âgées, le Cameroun vit une autre réalité. A Douala apprend-t-on, l’âge le plus infecté se situe entre 30 et 39 ans.

Ça craint donc pour les jeunes universitaires. Les déplacements générés par cette reprise des cours sont un autre facteur mis en exergue pour craindre une propagation importante de la pandémie sur le territoire national. Le chef du gouvernement rassure les populations que tout est mis en œuvre pour une reprise dans le calme et la sérénité. « Tout est toujours mis en œuvre sur les papiers mais sur le terrain c’est une calamité ! Tout est toujours mis en œuvre au Cameroun théoriquement attendons voir seulement », ironisent certains.

Nadège Christelle BOWA

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer