InternationalPolitique

Cameroun-USA : Lorsque l’hôpital se moque de la charité!

« Les États-Unis profondément troublés par les rapports d’abus à Ebam« , tel est le titre pompeux d’un communiqué publié ce matin, 2 mars 2021, sur le site de l’ambassade US à Yaoundé.

Wow, quel humanisme ! Quelle grandeur d’âme ! Quelle empathie ! Telle est la réaction qu’aurait tout amoureux des droits de l’homme en lisant ce pamphlet, si on arrivait à oublier qu’il venait de la première industrie cinématographique au monde!

Bien sûr, bien que jouant savamment la comédie, nous sommes bien loin des clichés Hollywoodiens présentant sans cesse les USA comme un parangon de vertus dans le monde, le pays de tous les Super héros envoyés par le Gouvernement Américain sauver l’humanité de toutes formes de dangers. Non, dans la « vraie vie », il est clair pour toute la planète que ces rois de l’hypocrisie ont perdu toute leur crédibilité dans les domaines de la Gouvernance, de la Démocratie, des Droits de l’Homme, de la Justice ainsi que de toutes les autres vertus.

En effet, quel crédibilité un pays dans lequel un candidat à une élection présidentielle la perd avec plus de 3.000.000 de voix de plus que son adversaire peut-il avoir au point de donner des leçons en la matière à des pays pratiquant le scrutin universel direct, libre de tous lobbying ?

Parlant de Gouvernance, comment comprendre qu’un pays aussi avancé en matière de techniques d’informations et d’enquêtes, puisse construire ses positions officielles sur la base de cancans d’ONG en perte de vitesse et/ou de polémistes en quête d’affirmation ? Une seule explication : l’hypocrisie !

Lorsque le champion du monde des discriminations raciales se dit préoccupé par des soit-disant discriminations subies par la population d’un pays tiers à des milliers de kilomètres, qu’est-ce donc, si ce n’est de l’hypocrisie ?

Lorsque le champion du monde toutes catégories en application de la peine capitale, des pires formes de torture, de bavures policières et militaires se dit « profondément troublé » par des soupçons d’abus dans un pays tiers, n’est-ce pas l’hôpital qui se moque de la charité ?

Lire aussi
Cameroun : Paul Biya a étalé sa grande forme le 1er avril 2021

Très chers frères et sœurs américains, vous qui vous souciez tant de nos « souffrances », nous, populations Camerounaises originaires du Nord-ouest et du Sud-ouest, vous prions très fraternellement d’aller jusqu’au bout de votre solidarité, en tuant le mal à sa racine: extradez ou jugez les criminels qui, depuis le sol américain, financent et ordonnent des actes de barbarisme et de terrorisme sur nous! Votre droit interne vous y oblige, souvenez-vous en!

Sinon, à quoi nous sert cette diplomatie de communiqués dans laquelle vous excellez ces derniers temps, si ce n’est de semer le trouble sur les responsabilités et accentuer nos problèmes? Oui, en mettant sur le même pieds d’égalité les Forces de défense qui viennent à notre secours et les bandits qui sèment la terreur dans nos villages, vous entretenez hélas une confusion macabre.

Pire, en refusant d’appliquer votre propre loi pénale qui condamne toute personne vivant sur le territoire américain finançant le terrorisme dans un pays tiers, vous battez en brèche toutes les théories du Droit international, en consacrant un nouveau droit: « le droit au terrorisme en Afrique »! Et ils l’ont bien reçu votre message, nos bourreaux, Chris Anu, Tapang Ivo et compagnie, qui leur consacrant un droit au terrorisme en Afrique !

Il ne nous a pas échappé votre communiqué dans lequel vous condamniez l’assassinat barbare de trois chefs traditionnels dans le Lebialem récemment. L’une de très rares condamnations (sinon la première du genre), à l’encontre de ces brigands qui terrorisent nos populations depuis bientôt plus de 5 ans. Mais au-delà de ce communiqué (un de plus, un de trop ?), vous avez raté une belle occasion de montrer votre bonne foi aux populations du Lébialem, en refusant d’engager des poursuites contre Chris Anu, le commanditaire bien connu, dont le frère Cadet est à la tête de la bande de brigands ayant ouvertement revendiqué ces meurtres lâches. D’ailleurs, l’intéressé lui-même ne s’est-il pas ouvertement félicité de ces crimes dans des vidéos enregistrées sur le sol de l’Oncle Sam, et diffusées à longueur de journées sur internet ?

Lire aussi
Nouveau coronavirus (2019-nCoV): La nouvelle mutation extrêmement meurtrière à travers le monde

Cette hypocrisie n’a que trop duré! Les USA peuvent dépenser des milliards de dollars pour aller débusquer un seul individu considéré comme terroriste en Afghanistan, en Irak ou sur la planète mars, sans égard à la présomption d’innocence… ça c’est de la justice! Mais dans le même temps, cette soif de justice ne conduit curieusement pas le même Gouvernement Américain à mettre hors d’état de nuire des Terroristes vivant sur son propre territoire, passant aux aveux à longueur de journée sur leurs crimes de complicité et de financement du terrorisme au Cameroun, et dont l’arrestation ne coûterait pas le moindre Dollar au contribuable américain !

Messieurs les Diplomates américains, s’il vous plaît, cessez donc d’être « profondément troublés » par une situation dont vous avez, mieux que quiconque, l’une des clés de la solution. Au lieu de verser des larmes de crocodiles sur les victimes du terrorisme au Cameroun, tuez le mal à la racine en mettant hors d’état de nuire les leaders terroristes jouissant actuellement d’une paix bédouine chez vous.
S’il y a un peuple « profondément touché » en ce moment, c’est bien le Peuple Camerounais, dans l’ensemble de ses 10 Régions. Oui, nous sommes profondément touchés par votre hypocrisie, et aucunement émus par vos manœuvres déstabilisatrices. Nous continuons de faire confiance à nos vaillantes forces de défenses, seuls acteurs en qui nos populations fondent leurs espoirs au quotidien, et grâce auxquelles notre pays reste debout, têtu comme la vérité !

Yochembeng Tiafac Edwin

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page