Cameroun – Université de Yaoundé I: Les bus électriques largement insuffisants pour transporter les étudiants

La cérémonie de mise en service des bluebus a suscité beaucoup d’espoir. Mais on se rend compte aujourd’hui que l’offre n’est pas la hauteur de la demande.[pagebreak]«Deux bus électriques de 14 places chacun, c’est largement insuffisant pour transporter 35.000 étudiants.» C’est par ces mots que Rodrigue, étudiant en première année, au Temple du Savoir de Ngoa Ekellé a exprimé son amertume. On se souvient que vendredi 02 mai 2014, une ligne de bus 100% électrique a été inaugurée à l’Université de Yaoundé I. Cet événement très couru a enregistré la présence du Premier ministre Philemon Yang. Le chef du gouvernement n’était pas seul. A ses côtés, on a aperçu d’autres pontes du régime. Tout le monde a cru que, le problème de déplacement à l’intérieur du campus universitaire était désormais enterré. La mise en circulation des bluebus fabriqués par le Groupe Bolloré, a été vivement saluée par toute la communauté nationale.

Une semaine plus tard, on commence à enregistrer des pleurs et des grincements de dents. Les enseignants et les étudiants de disputent déjà les bus. Pour arracher une place dans un bus, il faut non seulement attendre longtemps mais aussi jouer des biceps. C’est pour cette raison, qu’on assiste fréquemment à des scènes de bousculade. Un autre problème ce que, les conducteurs des bus électriques cessent leurs activités à 17 heures. Pour souffler un peu, les chauffeurs ont un moment de pause. Après 17 heures, tous les étudiants sont obligés de soumettre leurs mollets à la dure épreuve de la marche à pied. Les masses estudiantines souhaitent que le nombre de bluebus soit revu à la hausse. On aimerait aussi que les chauffeurs des bus électriques travaillent au-delà de 17 heures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *