Cameroun : une soirée à Yaoundé en soutien aux filles vulnérables

filles vulnerables afrique

Le rendez-vous émotionnel de l’année, pour une noble cause, rendu possible grâce à l’initiative de Clarise Ike.

Le CIFOH mène le combat

Ce n’est pas qu’une simple soirée. C’est un mouvement, un élan de générosité, et une occasion pour les élites camerounaises de montrer leur soutien à la cause des femmes et filles en difficulté. À l’initiative de l’association CIFOH, l’hôtel Hilton de Yaoundé se transformera, ce 12 août 2023, en un véritable sanctuaire de l’espoir.

Des défis à surmonter

La jeunesse féminine du Cameroun, malgré son potentiel incroyable, se heurte à de nombreux obstacles. Violences, précarité, manque d’accès à l’éducation, autant de défis que l’association CIFOH souhaite combattre. D’ailleurs, le lien 237online.com nous révèle les nombreux témoignages de ces femmes qui cherchent désespérément un soutien.

Des invités de marque pour une cause noble

Clarise Ike, avec sa vision innovante, invite un panel éclectique pour cette soirée. Du monde politique à la scène artistique en passant par les leaders religieux, l’engagement sera total et les retombées promises à l’association ne feront qu’amplifier son action sur le terrain. Clarise, avec son cœur sur la main, exprime: « Chaque sourire que nous pouvons offrir, chaque opportunité que nous pouvons créer, change une vie. Et ce gala est une étape de plus pour toucher ces vies. »

Le voyage inspirant de Clarise Ike

Le parcours de Clarise est celui d’une femme qui refuse la fatalité. Son envie de soutenir les plus vulnérables n’est pas née du jour au lendemain. En tant qu’hôtesse de l’air, elle a vu le monde, et en revenant sur sa terre natale, elle a ressenti le besoin de faire la différence. Et avec la CIFOH, créée récemment en juin, elle s’est donnée comme mission de donner espoir et autonomie à ces jeunes femmes qui incarnent l’avenir du Cameroun.

L’espoir ne meurt jamais

Cette soirée est le témoignage vivant que l’espoir est toujours présent, même dans les situations les plus sombres. Grâce à des personnes comme Clarise Ike et des initiatives comme celle de la CIFOH, le Cameroun peut envisager un avenir plus radieux pour ses jeunes filles et femmes vulnérables.

Jean-Paul Ngum, 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *