Politique

Cameroun: Une marche du Rdpc pour étouffer le Mrc à Ebolowa

C’est avec les marches dites d’Ebolowa organisées dans les artères de la ville hier mardi 22 septembre suite à l’interdiction du gouverneur de la région du Sud depuis le 15 septembre dernier.

Depuis quelques jours, l’atmosphère était brumée suite à l’annonce par le Mrc des marches ce 22 septembre. Dans les chaumières, artères et réseaux sociaux tout présageait le cataclysme ce jour dans la ville. Des réunions nocturnes, des différents états-majors, les mouvements de jeunesse acquise à la cause du parti du flambeau ardent. Il est question de défendre bec et oncle le territoire de la région natale du Président du rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). C’est ainsi qu’on a pu avoir des épisodes avant match à travers des querelles de bars, en vue de tester les forces en face. Félix Nguelé Nguelé, gouverneur de la région du Sud avait alors jouer à l’anticipation en préservant l’ordre public. Le patron de la région du Sud à l’article 1 er de son arrêté, « il est interdit sur toute l’étendue de la région du Sud et jusqu’à nouvel ordre, l’organisation de toutes réunions et manifestations publiques déclarées ou non, à caractère insurrectionnelle de nature à troubler l’ordre public ». Tout était donc connu de tous, qu’il n’y a pas de parti majeur qui soit exempt de cette mesure. Cette mesure a été répercutée au niveau du préfet, mais aussi des différents sous-préfets de la ville d’Ebolowa.

Et ainsi vint la date mythique du 22 septembre, très tôt le rond-point An 2000 d’Ebolowa est quadrillé par les hommes cagoulés pour créer la peur dans les esprits des citoyens, peu habitués à cette démonstration de force. Jusque là, tout est paisible et les citoyens vaquent normalement à leurs occupations, surtout que nuitamment, un message de peur a été véhiculé aux commerçants. « Si vous n’ouvrez pas demain, vous n’ouvrerez plus jamais dans le Sud ». La journée s’élève dont sur cette atmosphère très surchargée et le temps continue à avancer. Nous sommes alors au carrefour An 2000 vers 10 heures qu’un bruit strident de klaxons de véhicules s’aperçoit au loin, et progressivement il devenait distinct. On croit alors au début de la marche annoncée.

Lire aussi
Élection régionale du 06 décembre : l’heure est à la mobilisation au sein de la classe politique

Trouble à l’ordre public

Que non, c’est plutôt le Rdpc qui brave les interdictions des autorités pour montrer qu’ici au Sud, ce parti politique n’est pas assujetti aux interdictions des autorités. Ce groupe de « zélés » est sous la conduite du sénateur Raymond Lippert Mbita Mvaebeme qui est stoppé au carrefour de la poste d’Ebolowa par le délégué départemental permanent du comité central, le sénateur Dr Bernard Amougou qui demande aux marcheurs mobilisés pour la circonstance de cesser ce « trouble à l’ordre public ». Le commissaire divisionnaire Moussa Lakreo du commissariat central d’Ebolowa et son équipe qui sillonnaient la ville stoppent net ce groupe pour en savoir leur provenance rejoignant ainsi le délégué départemental permanent. Un échange verbal entre le sénateur Mbita Mvaebeme, et son délégué département permanent sur le bienfondé de cette marche à cet instant.

Lire aussi
Cameroun - Élections Régionales : Qui peut être candidat ?

L’organisateur de la marche brandissant son téléphone portable rétorque :« le gouverneur n’a pas interdit le Rdpc, je viens même de l’avoir au téléphone ». Scandant ainsi les chants à la gloire de Paul Biya, les hommes en tenue ont gobé l’influence et libérés le passage. Dans les artères, les citoyens surpris voyaient en ce passage un piège malgré les chants et les tenues du parti de Paul Biya. Les populations voyaient en ceux là, des supers citoyens qui disposent l’autorisation en tout même quand ce n’est pas autorisé. Rendu dans les services du gouverneur de la région du Sud pour comprendre mieux, cela n’a pas été possible. Mais des indiscrétions sous anonymat nous révèlent qu’il s’agit là du zèle pur et simple surtout que son épouse venait de bénéficier de l’arrêté du Minesec la nommant délégué régional des enseignements secondaires du Sud. Quoi de mieux à faire pour paraitre plus roi que le roi lui-même, c’est la question.

Jacques Pierre SEH

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page