Cameroun: Un plan gouvernemental pour légaliser l’identité de 30 000 écoliers avant la rentrée scolaire

acte de naissance cameroun

Le gouvernement camerounais se mobilise pour régler une problématique aussi sensible que cruciale : celle des enfants sans actes de naissance.

Selon les dernières statistiques du Ministère de la Promotion de la femme et de la famille, 26 691 écoliers ont été recensés sans identité légale, éparpillés dans 21 municipalités du pays. Une situation qui, si elle perdure, entraverait sérieusement leur avenir éducatif.

Vers une offensive gouvernementale pour l’enrôlement des actes d’état civil

Le 15 juin 2023, un pacte a été signé entre le Ministère de la Promotion de la femme et de la famille et les maires des 21 municipalités concernées. Cette cérémonie, tenue à Yaoundé, avait pour objectif d’établir un plan d’action pour l’obtention des actes de naissance pour ces enfants, à temps pour la rentrée scolaire prochaine. Le Cameroun, qui compte 360 municipalités au total, voit ici 21 d’entre elles bénéficier d’un soutien financier de la part du gouvernement pour régler cette situation alarmante.

La nécessité d’une identité légale pour chaque enfant

Selon les données gouvernementales, le taux d’enregistrement des naissances au Cameroun est de 66,1%, avec des régions comme le Nord, l’Est, le Sud-Ouest et l’Extrême-Nord affichant les taux les plus bas. En effet, une étude réalisée par l’Institut national de la statistique (INS) en 2021 a révélé que 30% des enfants de moins de cinq ans ne sont pas enregistrés à l’état civil.

Les défis de l’établissement des actes de naissance au Cameroun

Les raisons de ce faible taux d’enregistrement sont multiples, allant de l’ignorance de l’importance d’un acte de naissance à la croyance erronée en des frais d’établissement, comme l’explique Paul Ndongo, maire de la commune d’Ayos. Grâce à l’initiative du gouvernement et du ministère de la Promotion de la femme et de la famille, une campagne de sensibilisation est prévue dans les chefferies et lieux de culte pour encourager les parents à légaliser l’identité de leurs enfants.

L’acte de naissance, un droit fondamental de l’enfant

Pour le Ministère de la Promotion de la femme et de la famille, cet engagement est avant tout une question de droits de l’enfant. Le Cameroun, ayant ratifié plusieurs instruments juridiques internationaux et régionaux de promotion et de protection des droits de l’enfant, a une responsabilité de faire de chacun de ses citoyens, enfants y compris, un sujet de droit. Le premier pas vers cela est l’existence juridique, symbolisée par un acte de naissance.

L’impact de cette initiative sur le Cameroun

L’état civil, pilier de tout État moderne, est le garant de l’identité citoyenne. Cette démarche du gouvernement camerounais représente donc non seulement un acte de justice sociale, mais également une étape clé vers le renforcement de la citoyenneté et l’amélioration des politiques publiques.

Le Cameroun est donc en pleine action pour sauver l’avenir éducatif de ces enfants. Une initiative que vous pouvez suivre de près sur votre site de référence 237online.com, toujours à l’affût des actualités qui façonnent le Cameroun.

Nguema Effa François, 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *