Cameroun: Un père inculpé pour torture à Ngaoundéré

Justice insigne

Interpellé mardi, Mohamed Alhadji Ali, auteur des sévices sur sa fille, vient d’être placé en détention provisoire à la prison de Ngaoundéré.Mariama urinait au lit. Et ce n’était pas du goût de son père. Pour la punir, le mercredi 28 janvier dernier, il y a juste une semaine, son père, Mohamed Alhadji Ali, se sert d’une bûche en braise, et lui brûle les parties génitales au domicile familial sis au quartier Bamyanga à Ngaoundéré. Sa mère, dans la douleur réussit à transporter la fillette à l’hôpital régional de Ngaoundéré, où heureusement, elle trouve le Dr Ngaroua, chirurgien en poste.
Selon ce dernier, « c’est un cas particulier. On ne peut rien dire pour l’instant parlant de ses facultés futures à la procréation. Brulée au second degré comme elle l’est en ce moment, il faut attendre la cicatrisation définitive desdites blessures avant de se prononcer. Toutefois, il lui faut des soins particuliers pour qu’elle retrouve l’usage de ses parties génitales. Pour l’instant, nous nous évertuons à ce que la cicatrisation ne lui cause aucun danger. Pour le reste ce sera progressif. » Selon les voisins, Mariama, âgée de 7 ans, n’allait pas à l’école, comme ses camarades de son âge. Elle redoute la présence de son père qui la battait, chaque fois qu’elle n’agissait pas à sa guise.

Depuis le 28 janvier dernier, les forces de l’ordre sont aux trousses du père de la jeune Mariama qui a pris la fuite après les violences qu’il a fait subir à sa fille. Ce n’est que mardi, en fin de matinée que l’adjudant-chef Christian Okono, commandant de la brigade de Mbideng dans l’arrondissement de Ngaoundéré 1er, a avec ses éléments mis fin à la cavale de Mohamed Alhadji Ali. Conduit à la brigade pour exploitation, il est passé aux aveux complets.
Aussitôt, il a été déféré devant le procureur de la République, Hamadou Bouba qui l’a placé en détention provisoire à la prison centrale de la même ville vu la gravité de son acte, en attendant de répondre de ses actes les prochains jours devant le tribunal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *