Cameroun-UE : On accorde les violons

Le dialogue politique structuré s??est penché hier sur le problème des visas                                   Deux heures de temps ont été nécessaires hier aux membres du dialogue politique structuré Cameroun-Union-européenne pour épuiser un ordre du jour particulièrement riche. Cette importante séance de travail qui s??est tenue en fin de matinée dans la salle des Actes du

ministère des Relations extérieures, a eu à plancher sur trois sujets de grande importance pour les deux parties: la protection juridique du journaliste camerounais dans l??exercice de ses fonctions, les modalités de réception et de traitement des demandes de visas dans les missions diplomatiques et consulaires et l??examen des engagements du gouvernement camerounais relatifs à la gouvernance.
C??est l??ambassadeur du royaume d??Espagne qui conduisait la délégation européenne forte de huit membres. Outre l??ambassadeur espagnol, étaient présents dans la salle, le Haut-commissaire du Royaume-Uni, de Grande-Bretagne et d??Irlande du nord ; les chargés d??Affaires du royaume des Pays-Bas, ceux d??Allemagne, de France, d??Italie et finalement, Mme le consul du royaume de Belgique. Le chef de la délégation camerounaise, Henri Eyebe Ayissi, ministre des Relations extérieures avait à ses côtés, outre ses plus proches collaborateurs, d??autres membres du gouvernement dont , Issa Tchiroma Bakari, ministre de la Communication, le ministre de la Forêts et de la Faune, Elvis Ngolle Ngolle, mais aussi des représentants de plusieurs administrations concernées par les sujets débattus.
Après deux heures d??échanges, les deux parties ont réussi à aplanir les points de divergences et ont promis de poursuivre le dialogue de manière bilatérale en ce qui concerne l??épineuse question de l??octroi des visas. Importante plate-forme de dialogue entre les deux parties, le dialogue politique structuré qui se tient deux fois par an, repose sur les engagements conventionnels pris par le Cameroun dans le cadre de l??accord de partenariat ACP-UE, dit accord de Cotonou. Ces assises s??étaient tenues pour la première fois en 2004. Depuis lors, de nombreux problèmes ont été résolus ; cependant certains persistent. C??est notamment le cas des procédures relatives aux modalités d??octroi de visas aux ressortissants camerounais dont les plaintes sont devenues récurrentes depuis quelque temps.
NDZINGA AMOUGOU. Cameroon Tribune

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *