Bibou Nissack

Cameroun : Tentative d’assassinat sur Olivier Bibou Nissack à Kondengui

Société

Olivier Bibou Nissack, porte-parole du président Maurice Kamto, a été la cible d’une tentative d’élimination physique dans la prison centrale de Kondengui, où il est incarcéré depuis plusieurs mois. Selon les informations relayées par les lanceurs d’alertes et des médias locaux, un détenu répondant au nom de TSIGA Samuel a été stoppé alors qu’il s’apprêtait à poignarder M. Nissack.

Le détenu en question aurait été accusé de meurtre sur sa propre épouse, et aurait été incarcéré à Kondengui depuis environ une semaine. Selon les témoignages recueillis sur place, le porte-parole du président Kamto a réussi à se défendre et à maîtriser son agresseur, avant d’alerter les gardiens de la prison.

Cet acte odieux, qui aurait pu coûter la vie à M. Nissack, a suscité une vague d’indignation dans le pays et à l’étranger. De nombreux responsables politiques et membres de la société civile ont exprimé leur solidarité avec M. Nissack, condamnant fermement cette tentative d’élimination physique.

Cette agression survient dans un contexte tendu au Cameroun, marqué par une forte répression contre les militants de l’opposition et les défenseurs des droits de l’homme. Depuis plusieurs mois, de nombreux responsables politiques et militants sont emprisonnés dans des conditions précaires, faisant craindre une dégradation de la situation politique et sociale dans le pays.

Le porte-parole du président Kamto avait été arrêté en 2019, après avoir organisé des manifestations contre la réélection de Paul Biya à la présidence. Depuis lors, il est emprisonné à Kondengui, dans des conditions souvent dénoncées comme inhumaines par ses soutiens et les organisations de défense des droits de l’homme.

Cette tentative d’élimination physique rappelle la nécessité de protéger les militants de l’opposition et les défenseurs des droits de l’homme au Cameroun, et de garantir leur sécurité et leur intégrité physique en toutes circonstances. Il est essentiel que les autorités prennent des mesures concrètes pour mettre fin à la répression et assurer le respect des libertés fondamentales dans le pays.

Cette tentative d’élimination physique a également suscité des réactions de la communauté internationale, qui a appelé les autorités camerounaises à respecter les normes internationales en matière de droits de l’homme et à mettre fin à la répression contre l’opposition et la société civile. Il est essentiel que les autorités répondent à ces appels et prennent des mesures concrètes pour garantir la sécurité et l’intégrité physique de tous les citoyens camerounais, sans distinction aucune.

TTSO / 237online.com

Tagged

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *