Politique

Cameroun – Snd30 au Mindef : Beti Assomo prescrit le contrôle de gestion au service de la performance

Le ministre de la Défense (Mindef) a procédé à cet effet hier à l’ouverture d’un séminaire-atelier au sein de son département pour l’arrimage à la Stratégie nationale de développement (2020-2030) Sdn30.

« La réforme des finances publique introduite par la N°2007/006 du 26 décembre 2007 portant régime financier de l’Etat trouve davantage de sens, notamment en ce qu’elle institue la budgétisation axée sur la performance. Ce cadre juridique a été renforcée par la loi de 2018 /012 par la loi portant régime de l’Etat et des autre entités publiques. Cette loi consolide la budgétisation par programme en y apportant une caution légale de contrôle de gestion c’est-à-dire un dispositif de pilotage de la performance », indique le Mindef en présence de ses collègues ministres de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat), de la Fonction publique et de la réforme administrative (Minfopra), et celui des Finances, représenté. Il clair désormais qu’avec la persistance des crises sécuritaires auxquelles le Cameroun fait face depuis quelques années, et auxquelles est venue s’ajouter la pandémie du Covid-19, la projection de croissance économique et la capacité de financement des missions du Mindef sont très négativement impactés.

De ce fait, l’adoption du budget doit être adoptée non selon les moyens mais selon les programmes qui entrent en droite ligne dans la Stratégie nationale de développement qui va de 2020 à 2030, d’où Snd30. « Le changement de paradigme instruit par la réforme en cours, consacre le programme comme cadre d’expression des politiques. Ainsi, le budget est désormais préparé, adopté et exécuté sous forme de programmes traduisant les services sectoriels. A cet égard, notre pays vient de se doter d’une Stratégie nationale », explicite Joseph Beti Assomo. En clair, parvenu à la fin d’un cycle de planification stratégique, le Cameroun se doit dans tous ses départements ministériels de mettre en place un nouveau dispositif qui vient en remplacement du Document de la stratégie pour la croissance et l’emploi (Dsce), arrivé en fin d’échéance en 2019. Puisque la Snd30 est la dernière ligne droite pour faire du Cameroun un pays émergent, démocratique et uni dans la diversité à l’horizon 2035, il est question de contrôler au maximum la gestion du budget en fonction des programmes adoptés, en fonction des objectifs à atteindre.

Lire aussi
Décentralisation : les jeunes entrent dans le processus à travers la mise en place des CMJ et CRJ

Renforcerle dispositif de pilotage de la performance

« Le contrôle de gestion dont il est question ce jour est l’instrument par excellence du pilotage opérationnel de la mise en œuvre des programmes budgétaires. Il rentre globalement dans le périmètre de la gestion axée sur les résultats. Il nous fournit les éléments méthodologiques permettant d’obtenir l’atteinte de nos objectifs », renchérit le Mindef avant d’indiquer que désormais, il revient à son département non seulement d’arrimer ces programmes à la nouvelle stratégie de développement mais aussi de poursuivre l’appropriation de la réforme budgétaire et renforcer son dispositif de pilotage de la performance pour garantir l’atteinte des objectifs qui sont assignés par le chef de l’Etat, chef suprême des Forces armées.

Dans la foulée, il a remercié le Programme supérieur de spécialisation en Finances publiques, pour son accompagnement dans l’internationalisation des nouveaux concepts telle que la mise en œuvre effective en musique des dispositifs ainsi induits par la réforme. « J’attends des participants à l’atelier, l’atteinte du dispositif du pilotage de la performance, l’attention soutenue, assiduité et réactivité aux thématiques qui seront examinées au cours de ce séminaire. J’invite les uns et les autres à la flexibilité d’esprit, afin que nous puissions en retirer des solides recommandations pour la mise en œuvre de la décade 2020-2030 » a sollicité Joseph Beti Assomo des différents séminaristes avant de procéder à l’ouverture des travaux.

Défendre l’intégrité du territoire

C’est la quintessence qu’on peut retenir des deux exposés après l’ouverture des travaux. Le premier mené par Saïd Kamsouloum, le Secrétaire général (Sg) au Mindef et le second par les experts du ministère des Finances. « Mon exposé, qui porte sur la dynamique de performance au sein du ministère de la Défense vise à faire l’état des lieux du dispositif de suivi évaluation de nos programmes budgétaires afin de mieux cerner les spécificités propres de notre département ministériel, d’identifier les principaux défis qui nous interpellent et enfin les perspectives qui s’en dégagent », confie-t-il. Comme toute réforme, poursuit-il, l’adaptation de notre département ministériel au nouveau paradigme de l’évaluation de la performance des principales politiques publiques, « a été une aventure enrichissante faites de défis, de remises en question des anciennes habitudes de gestion, d’appropriation de nouveaux concepts et de recherche d’efficience dans l’arrimage aux nouvelles donnes ». Plus loin, il va avouer que l’action du ministère de la Défense, en cohérence avec les objectifs nationaux d’émergence économique contenus dans la Vision 2035 et les divers instruments de planification nationale, vise l’atteinte de l’objectif stratégique « défendre l’intégrité du territoire et améliorer les conditions de paix et de sécurité favorables au développement économique et social par la mise en œuvre de 04 programmes, déclinés en 25 actions, à leur tour déclinées en activités et taches cohérentes ».

Le présent séminaire/atelier devrait nous permettre, a-t-il ajouté, non seulement d’accélérer notre appropriation des nouveaux textes et concepts, mais aussi et dirions-nous surtout, de mettre à jour et poser les jalons d’un parachèvement des dispositifs internes et outils devant accompagner le pilotage de la performance au sein du Mindef, pour lui permettre de remplir les missions qui lui sont assignées et de contribuer efficacement à nos idéaux de développement prônés par le Chef de l’Etat, Chef des Forces Armées. Quant au représentant du Minfi, il va dans un exposé technique établir la connexité entre les deux concepts de contrôle de gestion et de budget programme. « On ne peut pas parler de contrôle de gestion sans parler de budget programme », a-t-l déclaré avant d’insister sur la nécessité d’identifier les défis à relever pour mettre en œuvre le contrôle de gestion au sein du Mindef.

Lire aussi
Cameroun: Le rêve brisé de Judith Yah Sunday

Léopold DASSI NDJIDJOU

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page