Cameroun: Six mois de prison pour René Libong, président de l’Onecca

René Libong et deux experts comptables écopent de six mois de condamnation avec sursis. Ils doivent également payer la somme de 110 millions Fca à Pierre Wansy.
Après deux ans de procédure, les juges du tribunal de première instance de Douala-Bonanjo ont vidé le délibéré hier jeudi, 15 octobre 2015. L’affaire opposant Pierre Wansy, l’ancien président de l’Ordre national des experts comptables du Cameroun (Onecca) à Réné Libong, l’actuel président de l’Onecca, Marcel Nguessi et Pierre Faupa, tous deux experts comptables, a livré son dernier acte. René Libong et Marcel Nguesi ont été reconnus coupables de diffamation et complicité de diffamation. Pierre Faupa est également reconnu coupable de complicité de diffamation. Les trois accusés écopent par la suite de six mois de prison avec sursis pendant trois ans et de 110 millions de dommages et intérêts à verser à Pierre Wansy.
Les 110 millions Fcfa sont réparties comme suit : 80 millions Fcfa pour le préjudice professionnel, 20 millions pour le préjudice moral et 10 millions de frais de procédure. Les accusés doivent également verser la somme d’un million Fcfa chacun à l’Etat du Cameroun au titre d’amandes et 5.510 millions Fcfa au titre de dépens. Les trois accusés étant absents au tribunal, la contrainte par corps a été fixée à 5 ans de prison pour chacun des accusés et mandat d’incarcération a été décerné contre eux en cas de non paiement des dépens. Lors des réquisitions, le ministère public avait d’ailleurs requis la culpabilité des accusés pour les faits de diffamation pour lesquels ils étaient poursuivis.
A en croire Pierre Wansy, le plaignant, il ouvre la procédure en 2013 lorsqu’est publié dans le quotidien gouvernemental Cameroon tribune, une décision du conseil de discipline de l’Onecca lui adressant un blâme après que l’Ordre l’a reconnu coupable de détournement de           31.296 millions Fcfa. Des fonds qu’il est accusé d’avoir distraits, du temps où il était le président de cette organisation. «Tout ceci n’est pas vrai. Une partie de cet argent a servi au virement du compte à compte ; une autre partie a servi au ravitaillement de la caisse, ainsi qu’au paiement des fournisseurs et du personnel. Il n’y a pas eu de dépenses irrégulières», note Pierre Wansy, d’après qui le conseil de discipline l’ayant sanctionné était irrégulièrement composé et n’avait donc pas de légitimité pour ce faire.
«Ils m’ont condamné à payer 31.296 millions alors qu’il n’y a pas eu vol. La procédure était irrégulière. De plus, un audit a été fait et les résultats n’ont jamais été publiés, parce qu’il n’y avait pas de preuve de mon inculpation», indique le plaignant. C’est au regard de toutes ces irrégularités qu’il a déposé plainte auprès Tpi de Douala-Bonanjo pour diffamation. Du côté des accusés, c’est le calme plat. Approché, le conseil de l’Onecca s’est refusé à tout commentaire. «Je n’ai pas reçu l’ordre de parler à la presse. Vous feriez mieux de vous rapprocher du président de l’Onecca et ce n’est qu’au cas où il me donne le quitus de le faire que je parlerai à la presse», a mentionné Me Njock, conseil de René Libong. La défense a dix jours pour faire appel.

Blaise Djouokep

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *