Cameroun : Scandale électoral – Paul Biya manœuvre pour éliminer ses rivaux

Biya et ngoh ngoh

Le monde politique camerounais est en ébullition. Une décision récente du bureau de l’Assemblée nationale vient de jeter un pavé dans la mare électorale, soulevant des questions brûlantes sur l’avenir démocratique du pays. 237online.com vous plonge au cœur de cette tempête politique qui pourrait bien redessiner le paysage électoral camerounais.

Un coup de théâtre législatif aux lourdes conséquences

Le 5 juillet dernier, dans une atmosphère lourde de suspense, le bureau de l’Assemblée nationale a lâché sa bombe : une prolongation de 12 mois du mandat des députés et conseillers municipaux. Cette décision, apparemment anodine, cache en réalité un véritable séisme politique.

Comme l’explique un analyste politique contacté par 237online.com : « C’est un coup de maître du camp Biya. En modifiant le calendrier électoral, ils pourraient éliminer leurs principaux rivaux sans même avoir à combattre. »

La stratégie machiavélique du pouvoir dévoilée

Derrière cette manœuvre se cache un plan bien huilé. En repoussant les élections législatives et municipales après la présidentielle, le pouvoir en place pourrait disqualifier des candidats de poids comme Maurice Kamto ou Cabral Libii.

« C’est du jamais vu !« , s’exclame un militant de l’opposition. « On change les règles du jeu en pleine partie. C’est comme si on décidait soudainement que pour participer à un marathon, il faut d’abord avoir gagné un 100 mètres. »

Le piège des parrainages : une épée de Damoclès sur l’opposition

Sans élus locaux ou nationaux, les candidats de l’opposition seraient contraints de passer par le système des 300 parrainages. Dans un pays où le RDPC de Paul Biya règne en maître, autant dire mission impossible.

Un militant du MRC, le parti de Maurice Kamto, nous confie sous couvert d’anonymat : « C’est comme demander à un végétarien de gagner un concours de barbecue. On nous met des bâtons dans les roues avant même le début de la course. »

La démocratie camerounaise en danger ?

Cette décision soulève de sérieuses inquiétudes quant à l’état de la démocratie au Cameroun. Certains observateurs n’hésitent pas à parler de « coup d’État constitutionnel ».

Si on commence à modifier les règles électorales à la veille d’un scrutin, c’est toute la crédibilité du processus démocratique qui est remise en question.

Quelle réaction de la communauté internationale ?

Face à ces manœuvres, la réaction de la communauté internationale sera scrutée de près. Certains diplomates occidentaux, sous couvert d’anonymat, expriment déjà leur préoccupation.

« On ne peut pas rester les bras croisés face à un tel recul démocratique », nous confie l’un d’eux. « Le Cameroun risque de s’isoler sur la scène internationale s’il persiste dans cette voie. »

L’opposition appelle à la mobilisation

Les partis d’opposition, pris de court par cette décision, tentent de se réorganiser. Des appels à la mobilisation circulent déjà sur les réseaux sociaux.

« C’est maintenant ou jamais », clame un jeune militant. « Si on laisse passer ça, autant dire adieu à nos espoirs de changement pour les années à venir. »

Et maintenant ?

L’avenir politique du Cameroun semble plus incertain que jamais. Cette décision marque-t-elle le début d’une nouvelle ère de verrouillage politique ou sera-t-elle le déclencheur d’un sursaut démocratique ?

Une chose est sûre : les prochains mois s’annoncent décisifs pour l’avenir du pays. 237online.com ne manquera pas de vous tenir informés des développements de cette affaire qui pourrait bien marquer un tournant dans l’histoire politique camerounaise.

Par Émilie Nguembou pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *