Cameroun – Santé : Que devient la couverture santé universelle ?

Couverture santé universelle ?

Sucam, la société ayant gagné le marché de la prise en charge des patients fixe à 70 % le taux de réalisation.

Le projet de couverture santé universelle suit son cours au Cameroun. Selon les déclarations de la société Santé universelle Cameroun S.A, le 17 novembre dernier à l’occasion du 30ième anniversaire de l’association des femmes médecins du Cameroun, le taux d’exécution des travaux se situe à 70 %. Un projet qui consiste à veiller à ce que l’ensemble de la population ait accès aux services préventifs, palliatifs de réadaption et de promotion de la santé dont elle a besoin et à ce que ces services soient de qualité suffisante pour être efficaces sans que cela n’entraine des difficultés financières pour les usagers, comme l’ a expliqué l’Organisation mondiale de la santé (Oms). La Sucam et l’Oms apportent un éclairage sur l’évolution des travaux.

Réalisations en cours

De l’exposé de Suçam qui a signé le contrat en juin 2020 avec le Minsanté, il ressort qu’il a été mis en place un système informatique avec la création de deux data Centers. Le principal et le premier est basé à Yaoundé et le second, qui est en cours de construction dans la ville de Douala. « Les deux data Centers sont fonctionnels et nous travaillons pour nous assurer que le service ne soit en aucun cas interrompu », a confié la responsable de la Sucam. Quant à la question de l’enrôlement, la commande de l’ensemble des kits d’enrôlement fixe a été déjà été faite et les maisons containers sont en cours d’acheminement. Les cartes biométriques accusent un léger retard car le design qui devait être porté sur celles-ci a été momentanément rejeté et est en cours de validation. Le travail d’installation des sites d’enrôlement suit son cours avec le ministère de la Santé. L’on note également la création de 1500 stations dont 500 en postes fixes et 1000 en postes mobiles. Selon les explications du staff de la Sucam, ils permettront à toutes les populations sans discrimination d’accéder partout aux soins et services de qualité quand elles le souhaitent, d’améliorer la qualité des soins et services dans les formations sanitaires et d’assurer la bonne gestion du système de santé.

Financement

Un modèle a été proposé au gouvernement pour ce qui est de la question du financement de la Couverture santé universelle. Il repose principalement sur les principes de la pérennité : c’est-à-dire l’autonomie de financement et stabilité des sources, la non aggravation des charges fiscales des entreprises, la réaffectation (dotations budgétaires et prélèvement fiscaux et parafiscaux), la contribution substitutive ( 30% des revenus de la couverture des dépenses de santé et réorientation de la contribution des salaires dans un plafond de 5 %), le principe de solidarité nationale ( prise en compte des indigents camerounais économiquement faible et financements de l’Etat). De façon globale, plusieurs sources de financement de la Csu ont été ainsi retenues. Nous avons entre autres les contributions sociales des assujettis, les dotations budgétaires, les prélèvements proportionnels sur les salaires des secteurs publics et privés et les taxes. Pour le représentant de l’Oms le gouvernement doit faire des efforts pour le financement de la santé dans deux domaines : Réduire les dépenses directes des ménages qui sont évaluées aujourd’hui à 70% de l’ensemble des coûts pour la santé et d’augmenter la part du budget de l’Etat pour la santé qui est évalué à 4,5 %.

La Couverture santé universelle vise à réformer le système de la santé au Cameroun. Par des axes stratégiques et d’interventions majeurs, l’objectif est qu’à l’horizon 2030, l’ensemble de la population camerounaise ait accès aux soins et services de qualité dont elle a besoin sans que leurs coûts n’entrainent des difficultés financières.

M.L.M (Stagiaire) / 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *